Océans : le Japon adopte une loi anti-microplastiques non contraignante

Publié le : Last updated:

loi plastique

Un centre de recyclage des matières plastiques à Narashino, au Japon, le 14 mai 2018
© AFP Toshifumi KITAMURA

Tokyo (AFP) – Le Parlement japonais a adopté vendredi une loi destinée à lutter contre la pollution des océans par les microplastiques, un texte qui n’est cependant assorti d’aucune sanction envers les contrevenants.

Cette proposition de loi, adoptée à l’unanimité par la Chambre haute, encourage notamment les entreprises à mettre fin à l’usage de minuscules billes de plastique dans certains produits cosmétiques tels que gels exfoliants et dentifrices.

L’association de l’industrie cosmétique japonaise a commencé à déconseiller à ses membres l’usage de microplastiques dans leurs produits et les principaux fabricants ont cessé de recourir à ces billes, a indiqué le gouvernement japonais. Une étude de 150 gels nettoyants pour le visage et le corps menée en 2016 montrait que deux produits utilisaient des microbilles de plastique.

Ces billes ainsi que des particules issues de sacs, gobelets et autres objets désagrégés par le soleil et l’eau de mer envahissent les océans. Des micro-algues et organismes se fixent sur ces petits morceaux de plastique et leur odeur attise l’appétit des poissons, introduisant ces produits chimiques dans la chaîne alimentaire.

Dans le nord de l’Océan Pacifique, un « continent de plastique » fait d’une accumulation de ces particules s’étend ainsi sur une surface équivalente à trois fois la France, d’après une étude récente.

Même si le Japon et d’autres tentent de maîtriser la chaîne du plastique de bout en bout, environ huit millions de tonnes de détritus en plastique sont déversés chaque année dans les océans du monde, l’équivalent d’un camion à ordures de plastique vidé dans la mer toutes les minutes.

Lors du sommet du G7 qui s’est tenu début juin au Canada, le Japon et les Etats-Unis ont refusé de signer un texte comportant des objectifs chiffrés contre la pollution plastique des océans, souscrit par le Canada, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et Italie, ainsi que l’Union européenne. Dans ce texte basé sur le volontariat, ces pays et l’UE se sont notamment engagés à augmenter le pourcentage des plastiques recyclés à travers le monde pour arriver à 100% d’ici 2040.

En France, gobelets et assiettes en plastique seront interdits à partir de 2020.

© AFP

Media Query: