Projet Europacity: trois fédérations de commerçants rejoignent ses opposants

Publié le : Last updated:

La contestation du projet de complexe de commerces et de loisirs au nord de Paris (Europacity) s’intensifie: trois grandes fédérations de commerçants ont annoncé avoir rejoint la liste de ses opposants
© AFP/Archives Thomas SAMSON

Pontoise (France) (AFP) – La contestation du projet de complexe de commerces et de loisirs au nord de Paris (Europacity) s’intensifie: trois grandes fédérations de commerçants ont annoncé mardi à l’AFP avoir rejoint la liste de ses opposants.

Ces trois fédérations – la Confédération des commerçants de France, la Fédération nationale des centres-villes et la Fédération nationale des marchés de France – se disent « convaincues des nombreux effets néfastes qu’aura Europacity sur la région et sur le commerce local ».

Elles ont rejoint le collectif « Europas du tout », qui fédère 600 commerçants et 20 associations opposées à ce mégacomplexe qui doit s’installer dans le Val-d’Oise, entre les aéroports de Roissy et du Bourget.

« L’installation d’une telle structure ne peut qu’entraîner la destruction des entreprises de proximité qui exercent sur les marchés des départements limitrophes, qu’ils soient commerçants, artisans, producteurs ou salariés », a déclaré Monique Rubin, présidente de la Fédération nationale des marchés de France, citée dans un communiqué d' »Europas du tout ».

Immochan, filiale du groupe Auchan, et le conglomérat chinois Wanda pilotent ce projet de 80 hectares à 3,1 milliards d’euros. S’il se concrétise, il s’agira du plus grand investissement privé en France depuis la construction de Disneyland Paris en 1992.

Le projet a connu un revers en mars avec l’annulation par la justice de la création de la zone d’aménagement du « triangle de Gonesse », où doit être implanté Europacity. L’État a fait appel de cette décision.

Les opposants avaient alors jugé cet appel « en contradiction totale avec la volonté du gouvernement de redynamiser les centres-villes et leurs commerces ».

L’annonce du ralliement des fédérations de commerçants intervient alors qu’un autre collectif d’opposants, le Collectif pour le triangle de Gonesse – qui regroupe des associations de défense de l’environnement engagées pour « sauver les terres agricoles » menacées par le projet – appelle à se rassembler dimanche sur place.

Le maire (PS) de Gonesse Jean-Pierre Blazy doit parallèlement s’exprimer lors d’une conférence de presse. Il soutient l’aménagement de cette zone déshéritée du Val-d’Oise.

© AFP

Media Query: