Nucléaire : contaminations de sous-traitants à Flamanville

Publié le : Last updated:

flamanville

Le réacteur 1 de la centrale de Flamanville en février 2017
© AFP/Archives CHARLY TRIBALLEAU

Caen (AFP) – Trois salariés d’un sous-traitant d’EDF ont été « très très très faiblement contaminés » lundi à la centrale nucléaire de Flamanville (Manche), a indiqué jeudi EDF.

« Le service médical de la centrale les a immédiatement pris en charge. Les premières analyses médicales ont confirmé la présence de légères traces de contamination interne. Un suivi médical est mis en place afin de s’assurer de l’élimination naturelle et complète des traces de contamination », a annoncé EDF dans un communiqué.

La contamination « extrêmement faible » selon EDF représente 0,5% de la limite annuelle réglementaire pour les travailleurs du nucléaire (20 mSv, contre 1 mSv pour la population), soit l’équivalent d’une radio du thorax, a indiqué à l’AFP le service de presse de la centrale.

Les trois salariés, âgés de 30 à 50 ans, ont été contaminés alors qu’ils se trouvaient sans tenue de protection, à proximité de trois de leurs collègues qui, équipés de tenue de protection, découpaient de la tuyauterie sur le réacteur 1.

« Des particules se sont échappées de la tuyauterie et ont été inhalées par » les trois salariés les plus éloignés mais non équipés de tenue de protection, selon la même source.

Les personnes contaminées continuent à travailler mais hors zone nucléaire, le temps que les « traces de contamination » disparaissent, selon EDF.

Le géant du nucléaire ne communique pas le nom de l’employeur des salariés.

Ce chantier de découpe vise à préparer une maintenance décennale du réacteur 1 qui doit débuter samedi, selon EDF.

Le réacteur 1 avait commencé à redémarrer lundi alors qu’il était à l’arrêt depuis le 15 mars. Il s’était arrêté automatiquement à la suite d’un « problème » dont EDF n’est pas à l’origine, selon l’entreprise. RTE venait alors de changer une pièce d’un pylône en sortie de centrale, précise EDF.

La centrale de Flamanville compte deux réacteurs de 1.300 MW en fonctionnement et un en construction, le réacteur de nouvelle génération EPR qui a subi de nombreux déboires, retards et surcoûts.

© AFP

Media Query: