Climat : le Canada risque de rater son objectif pour 2020

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

canada

Le Canada va vraisemblablement rater son objectif de réduction des gaz à effet de serre qu’il s’était fixé pour 2020, selon un rapport
© AFP/Archives DON EMMERT

Ottawa (AFP) – Le Canada va vraisemblablement rater son objectif de réduction des gaz à effet de serre qu’il s’était fixé pour 2020, selon un rapport publié mardi.

Et pour atteindre son engagement dans le cadre de l’accord de Paris de réduire de 30% ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2030 par rapport à 2005, il « devra faire des efforts considérables et prendre des mesures qui vont au-delà de celles qui sont déjà prévues ou en cours ».

Ottawa s’est donné une mission intermédiaire pour 2020: abaisser de 17% ses émissions de GES –considérées comme responsables du réchauffement de la Terre– par rapport à 2005. Or elles « devraient dépasser de près de 20% la cible fixée », a estimé Julie Gelfand, commissaire fédérale à l’environnement, dans ce rapport.

Le document se fonde sur des rapports d’audit des mesures prises par le gouvernement fédéral mais aussi par douze des treize provinces et territoires du Canada afin de réduire leurs émissions.

« Les audits des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux confirment que tous travaillent sur le changement climatique mais que nous sommes encore loin de la ligne d’arrivée », a dit Mme Gelfand en présentant sa synthèse.

Sept des douze provinces et territoires examinés n’ont pas d’objectif de réduction pour 2020. Parmi ceux qui en disposent, seulement deux -Nouveau-Brunswick et Nouvelle-Ecosse– semblent en passe de les atteindre.

« Compte tenu des politiques et des mesures fédérales, provinciales et territoriales en vigueur, on ne s’attend pas à ce que le Canada soit à même d’atteindre sa cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 2020 », indique le rapport, soulignant des « lacunes communes ».

Il souligne notamment que les plans en place ne comportent la plupart du temps « pas d’étapes intermédiaires à franchir pour atteindre les engagements globaux pris, ni dates butoir pour la réalisation des mesures prévues, ni explications sur les sources de financement de ces mesures ».

« C’est sûr qu’on a du travail à faire », a reconnu Catherine McKenna, ministre fédérale de l’Environnement et du Changement climatique, devant la presse.

Pointant le précédent gouvernement au pouvoir de 2006 à 2015 et qui, selon elle, « n’a rien fait pendant dix ans », la ministre a admis que « c’est difficile » de respecter l’objectif de 2020. « On a une cible pour 2030 et un plan pour l’atteindre », a-t-elle cependant assuré.

« Nous investissons d’une manière historique dans le transport en commun, dans l’infrastructure verte, dans les parcs et les aires protégées », a déclaré Mme McKenna, soulignant que le changement climatique, « c’est le plus grand défi de notre génération ».

© AFP

Media Query: