Dans la Creuse, une maison nommée « Avenir »

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

creuse avenir

La maison « Avenidor » est 100% autonome en énergie, bâtie en circuit fermé
© AFP PASCAL LACHENAUD

Ahun (France) (AFP) – Son nom signifie +Avenir+ en patois creusois : 100% autonome en énergie, bâtie en circuit fermé, « Avenidor », étrange maison bleue à colombages dans le plus pur style alsacien pour mieux séduire les investisseurs chinois, se dresse au coeur de la forêt d’Ahun (Creuse).

Le prototype, unique en son genre, est un modèle de construction « parmi les plus avancés, combinant le meilleur de la technologie et de l’environnement. S’il y a un black-out un jour en France, ici il y aura de la lumière », affirme son concepteur, Steven Kaszuba. Certifiée « passif premium », elle surclasse déjà les normes thermiques devant entrer en vigueur à partir de 2020.

Dans la famille Kaszuba tout le monde est sensible à l’environnement, le père, passionné d’énergies renouvelables, la mère décoratrice d’intérieur, et le fils, Steven, 28 ans, co-concepteur d’Avenidor.

Originaire de la Creuse, où le grand-père a fondé son entreprise de bâtiment, la famille vit aujourd’hui en région parisienne.

« Quand l’idée d’Avenidor a germé en 2008, la Creuse s’est imposée à nous : nous y avons des attaches personnelles et c’est un territoire rude où les hivers sont très froids et les étés très chauds. Si Avenidor marchait ici, elle pouvait fonctionner partout », explique Steven Kaszuba.

A l’époque, le jeune entrepreneur et son associé, Antoine Bense, entendent « démontrer que le niveau de technologie actuel permet de faire des maisons parfaitement inertes et sans impact sur l’environnement. »

Dès 2008, ils installent à Ahun un centre de recherche et développement pour « tester toutes les combinaisons possibles entre matériaux et techniques de construction, puis les analyser en prenant en compte l’environnement de la maison pour trouver la meilleure équation possible. »

Neuf ans de travail et deux millions d’euros d’investissements plus tard, sortira de terre une maison de 256 m2, entièrement autonome, qui affiche insolemment début mars 20°C, sans aucun chauffage.

Comment ? « Nous avons utilisé du béton cellulaire pour les murs, que nous avons épaissis, et avons exposé la maison plein sud », résume Steven. Un béton léger, constitué à 80 % d’air, donc très isolant et à faible impact sur l’environnement.

Une pompe à chaleur « double flux » a été ajoutée pour récupérer la moindre calorie : de l’eau de cuisson à la chaleur corporelle des occupants, tout est valorisé et réinjecté dans le circuit.

Fournie par une batterie de panneaux solaires ayant la particularité d’avoir des cellules sur les deux faces, la production d’électricité est démultipliée par une astuce d’installation : la proximité d’un étang qui réfléchit la lumière.

La pluie et les eaux usées sont récupérées et traitées par une mini station intégrée. Internet, enfin, est assuré grâce à un boîtier qui permet l’amplification du réseau 4G transformé en wifi.

« Une maison connectée à aucun réseau, sans charge et dont les premiers frais d’entretien ne se présenteront pas avant vingt ans : le tout à environ 2000 euros par mètre carré », s’enthousiasme Steven Kaszuba.

« La maison du futur » a été truffée d’une vingtaine de capteurs, comme un grand organisme dont chaque mouvement ou performance va être étudié scrupuleusement. « Avenidor doit pouvoir devenir un lieu de pédagogie et accueillir du public », espère-t-il.

Les concepteurs d’Avenidor ont déjà reçu une vingtaine de demandes, mais « chaque projet est très long à finaliser, car tout est lié au terrain, à l’exposition, au secteur géographique, etc. C’est quasiment du sur-mesure », souligne M. Kaszuba.

Inspiré par le milliardaire de l’innovation Elon Musk (véhicules spatiaux SpaceX, voitures électriques Tesla, etc.), le constructeur entend continuer à bouleverser l’univers du bâtiment. « Mon projet c’est de vendre quelques modèles Avenidor pour réinvestir dans le développement d’un modèle 100 % bio-sourcé, le plus possible en circuit court, un modèle à impact positif, c’est-à-dire dépolluant pour son environnement. Et demain, une maison durable et flottante! », lance-t-il.

© AFP

Media Query: