USA : empoignades politiques autour de l’expansion des forages côtiers

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 4 minutes  

forages cotiers

Les futurs forages offshore, menace économique pour les côtes américaines
© AFP/Archives SAUL LOEB

Washington (AFP) – La décision de l’administration Trump d’ouvrir prochainement aux forages pétroliers des zones beaucoup plus vastes le long des côtes américaines suscite des empoignades politiques et inquiète les défenseurs de l’environnement.

L’ONG Oceana a dénoncé mercredi l’impact économique négatif de ces nouveaux forages au moment où l’administration Trump achève ses premières consultations sur ce projet.

« Le plan de forage offshore de l’administration Trump menace plus de 2,6 millions d’emplois et l’équivalent de près de 180 milliards de dollars du PIB » américain, a chiffré cette organisation de protection des océans de la planète.

Et ces données sont « seulement pour l’équivalent de deux ans de valeur de pétrole et juste une année de valeur de gaz au rythme de consommation (de ces énergies) actuelle », a-t-elle souligné.

Le 4 janvier, l’administration Trump avait annoncé son intention d’ouvrir la quasi-totalité des eaux côtières américaines à l’exploitation du pétrole et du gaz offshore, y compris au large de la Californie, de la Floride et de l’Arctique. Elle précisait alors que cela concernerait 90% des eaux côtières américaines qui abritent 98% des ressources encore inexploitées en pétrole et en gaz situées dans le domaine fédéral.

Mercredi, le ministère devait tenir de nouvelles auditions publiques. Et les parties prenantes ont jusqu’à vendredi pour formuler leurs commentaires avant la rédaction d’une nouvelle version du projet.

Le texte définitif ne sera pas disponible avant plusieurs mois pour une approbation vers la fin de l’année et une mise en oeuvre à compter de 2019 dans le cadre d’un nouveau programme quinquennal de gestion des ressources maritimes en énergie.

Depuis janvier, la liste des gouverneurs, représentants locaux et associations s’insurgeant contre ce projet n’a cessé de s’allonger.

Sous la pression, le ministre des Ressources naturelles, Ryan Zinke, avait décidé dès le 9 janvier de ne pas appliquer cette décision à la Floride, un Etat dirigé par un gouverneur républicain, le parti de M. Trump. Il avait alors expliqué avoir tenu compte du fait que « la Floride est unique et ses côtes sont économiquement très dépendantes du tourisme ».

Le gouverneur, démocrate, Andrew Cuomo de l’Etat de New York a, lui, aussi exhorté l’administration Trump d’exempter son littoral pour des raisons similaires, sans succès jusqu’à présent.

« Le forage offshore dévasterait l’économie et l’environnement de New York, causerait des dommages irréparables pour les écosystèmes de nos côtes », avait-il plaidé dans une lettre adressée à Ryan Zinke mi-janvier.

Il avait en outre estimé que la décision du ministre de retirer la Floride de la liste des Etats concernés par le projet avant même que ses services n’aient mené leur processus de consultation et d’enquête « semble arbitraire ».

Chris Smith, membre républicain du Congrès, s’est, lui, montré optimiste la semaine dernière à l’issue d’une réunion avec Ryan Zinke. « Si le projet n’écarte pas le New Jersey. Cela ne saurait tarder », avait-il twitté. Le New Jersey est voisin de l’Etat de New York.

« Des vues de l’océan défigurées par les plateformes de forage à l’industrialisation de nos villes côtières en passant par le risque de nouveaux désastres tels que BP Deepwater Horizon, étendre l’exploitation offshore menace les économies côtières et les secteurs dynamiques du tourisme, des loisirs, de la pêche qui dépendent de plages non souillées par le pétrole et d’océans sains », a insisté mercredi Diane Hoskins, directrice de campagne de Oceana.

En 2010, la Floride, dont les côtes occidentales bordent le Golfe du Mexique, avait été affectée par une gigantesque marée noire, provoquée par l’explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, exploitée par le britannique BP.

« Des côtes propres et des océans en bonne santé sont la promesse d’emplois et de revenus année après année alors que le pétrole et le gaz sont des ressources qui ne sont pas inépuisables », a observé Mme Hoskins.

La relance des forages en mer s’inscrit dans la volonté du président Donald Trump d’accélérer la production américaine de brut, pour relancer l’emploi industriel et assurer l’indépendance énergétique des Etats-Unis.

L’API, la fédération américaine représentant les industriels du secteur pétrolier, estime, elle, que d’ici 2035, les nouveaux forages contribueraient à l’économie américaine pour plus de 70 milliards de dollars par an et créeraient près de 840.000 emplois.

Ce projet rencontre le soutien d’autres gouverneurs, tels que le républicain Paul LePage (Maine, nord-est) alors que plusieurs autres font partie d’une coalition favorable au développement des forages côtiers, notamment ceux de l’Alaska dans l’Arctique, et de la Louisiane et du Texas au bord du Golfe du Mexique.

Au-delà des divergences politiques, le gouverneur Cuomo a mis en avant la bataille des énergies. « Le plan compromet les efforts de New York pour combattre le changement climatique en remplaçant les énergies fossiles par des énergies renouvelables, telles que les éoliennes offshore », a-t-il affirmé.

© AFP

Media Query: