Bure : perquisition des forces de l’ordre à la Maison de résistance des opposants

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

maison des oppossants

Des gendarment interviennent pour évacuer des opposants au projet Cigéo d’enfouissement de déchets nucléaires dans la forêt du bois Lejuc près de Bure (Meuse) le 22 février 2018
© AFP JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Bure (France) (AFP) – Des gendarmes mobiles perquisitionnaient jeudi à la mi-journée la « Maison de résistance » à Bure (Meuse), où des opposants au projet d’enfouissement de déchets nucléaires Cigéo se sont regroupés, a constaté une journaliste de l’AFP.

« La perquisition a été commandée par les événements de la matinée, des violences sur les gendarmes et la mise en place d’obstacles sur la voie publique à Bure », a déclaré à l’AFP le procureur de la République de Bar-le-Duc, Olivier Glady, présent sur place.

« Les gendarmes sont entrés dans la +Maison de résistance+, à la recherche de suspects », a-t-il ajouté.

Près d’une trentaine de personnes se trouvaient à l’intérieur du bâtiment gris en pierre. Sept ont déjà été sorties, dont deux ont été placées en garde à vue, l’une pour outrages et l’autre pour violences, selon une source proche du dossier.

Une vingtaine de gendarmes mobiles, casqués, étaient stationnés devant la « Maison de résistance », tandis que fusaient de l’intérieur des cris des opposants antinucléaires.

Un hélicoptère de la gendarmerie nationale survolait la localité en permanence.

Jointe par l’AFP, une opposante à l’intérieur du bâtiment a dit que les gendarmes étaient « rentrés au bélier par les portes de la grange vers 11H20 ». « Ils avaient déjà essayé de forcer les portes. Il n’y a pas moyen d’avoir des explications », a-t-elle ajouté.

Cette perquisition fait suite à une opération des forces de l’ordre, tôt jeudi matin, afin d’évacuer les quelques opposants qui occupaient le site du futur projet d’enfouissement de déchets nucléaires.

Environ 500 gendarmes ont été mobilisés pour l’évacuation du site dans la forêt du bois Lejuc, près de Bure, a annoncé le ministère de l’Intérieur, selon qui l’opération s’est déroulée dans le calme.

Lors de cette intervention, une personne a été interpellée et placée en garde à vue pour une tentative de jet d’engin incendiaire sur les forces de l’ordre.

Après l’intervention au Bois Lejuc, des opposants s’étaient regroupés dans la matinée à Bure, où la mairie a notamment été la cible de jets de pierres. Les vitres et la porte de la mairie ont été caillassées, a constaté une journaliste de l’AFP.

Le projet Cigéo vise à enfouir à 500 mètres sous terre les déchets nucléaires les plus radioactifs ou à vie longue du parc français. Des forages exploratoires doivent être réalisés dans la forêt mais ils sont rendus impossibles par l’occupation du bois.

La justice avait rendu en avril une décision d’expulsion du Bois Lejuc.

© AFP

Media Query: