Scandale sexuel à Haïti : Bruxelles menace de priver Oxfam de ses financements

Publié le : Last updated:

oxfam

Des Haïtiens déblayent les ruines du tremblement de terre dans une rue de Port-au-Prince le 8 janvier 2011, un an après le séisme
© AFP/Archives HECTOR RETAMAL

Bruxelles (AFP) – La Commission européenne a sommé lundi les dirigeants d’Oxfam de « faire toute la lumière » sur l’implication de membres de l’ONG dans un scandale sexuel en Haïti et a menacé de lui couper les financements.

« Nous sommes prêts à cesser les financements aux organisations qui ne respectent pas les règles d’éthique », a annoncé une porte-parole de l’exécutif européen, qui est en charge des importants financements accordés par l’Union européenne au titre de l’aide humanitaire.

Oxfam au Royaume Uni a bénéficié d’1,7 million d’euros de financements européens en 2011, date des faits reprochés, a précisé la porte-parole.

« Nous attendons que l’organisation fasse d’urgence toute la lumière en toute transparence » sur cette affaire, a-t-elle averti.

Des responsables de l’ONG sont accusés d’avoir engagé de jeunes prostituées à Haïti en 2011 au cours d’une mission consécutive au séisme qui avait ravagé le pays en 2010.

« La Commission européenne attend de ses partenaires le respect de règles d’éthique et observe une tolérance zéro vis-à-vis des allégations d’abus commis par des organisations qui bénéficient de ses financements », a déclaré la porte-parole.

Oxfam, confédération d’organisations humanitaires basée en Grande-Bretagne, a assuré avoir lancé immédiatement, en 2011, une enquête interne. Quatre employés ont été licenciés et trois autres ont démissionné avant la fin de cette enquête, a assuré Oxfam.

La Commission caritative a indiqué avoir reçu un rapport d’Oxfam en août 2011. Ce rapport mentionnait des « comportements sexuels inappropriés, des faits d’intimidation, de harcèlement et d’intimidation du personnel ». Mais il n’évoquait pas des « abus portant sur des bénéficiaires » de l’ONG ni de « potentiels crimes sexuels impliquant des mineurs ».

© AFP

Media Query: