Le braconnage des rhinocéros en très légère baisse en Afrique du Sud

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

rhinoceros

Un rhinocéros en Afrique du Sud, dans la province du Limpopo, le 17 mars 2015
© AFP/Archives STEFAN HEUNIS

Johannesburg (AFP) – Un total de 1.028 rhinocéros ont été tués en 2017 en Afrique du Sud par les braconniers, soit seulement 26 de moins que l’année précédente en dépit des mesures de protection de ces animaux, a annoncé jeudi le ministère de l’Environnement.

L’Afrique du Sud abrite environ 80% de la population mondiale de rhinocéros, victimes du commerce de leurs cornes en Asie.

« Un total de 1.028 rhinocéros ont été braconnés entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2017, comparé aux 1.054 animaux braconnés en 2016 », selon un communiqué du ministère de l’Environnement.

Près de la moitié des rhinocéros tués (504) l’ont été dans le fameux parc Kruger (nord-est).

En 2017, 518 braconniers et trafiquants présumés ont été arrêtés, contre 680 l’année précédente.

Le braconnage des rhinocéros a brutalement explosé en 2009, en réponse à une forte demande en Asie.

En 2007, seuls 13 pachydermes avaient été tués en Afrique du Sud. Après avoir atteint un pic en 2014 avec 1.215 animaux tués, le braconnage connaît depuis trois ans une légère baisse.

Ce massacre nourrit un trafic destiné à plusieurs pays asiatiques, dont la Chine et le Vietnam, où la médecine traditionnelle leur attribue toutes sortes de vertus, dont celles de guérir le cancer ou l’impuissance. Les cornes de rhinocéros sont pourtant composées de kératine, comme les ongles humains.

Sur le marché noir, la corne de rhinocéros s’arrache jusqu’à 60.000 dollars le kilo.

Pour l’organisation de défense des animaux Traffic, les chiffres publiés jeudi restent « inacceptablement élevés ». « Avec près de trois rhinocéros tués par jour en Afrique du Sud, le fait est que la crise reste très intense », a estimé Tom Milliken, responsable du programme rhinocéros à Traffic.

L’Afrique du Sud a mis en place de nombreux programmes pour lutter contre le braconnage, y compris le déplacement en 2014 de rhinocéros dans des pays voisins. Mais ils s’avèrent insuffisants.

Le commerce international de cornes de rhinocéros est interdit, mais il est à nouveau légal en Afrique du Sud depuis l’an dernier.

© AFP

Media Query: