Royaume-Uni: nouveau plan contre le plastique, insuffisant pour Greenpeace

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

plastique

Un homme transporte ses courses dans un sac plastique, le 9 janvier 2018 à Londres
© AFP Justin TALLIS

Londres (AFP) – La Première ministre britannique Theresa May devait présenter jeudi un nouveau plan de lutte contre les déchets plastique prévoyant la généralisation des sacs en plastique payants, un dispositif jugé toutefois très insuffisant par Greenpeace.

Ce plan vise à éliminer « tous les déchets plastique évitables d’ici à la fin 2042 », a indiqué l’exécutif dans un communiqué.

Il permettra d’étendre à tous les commerces d’Angleterre les sacs en plastique payants, alors que la législation actuelle ne concerne que les grandes surfaces, dont les clients doivent payer 5 pence (environ 6 centimes d’euro) par sac.

Les trois autres nations constitutives du Royaume-Uni (Ecosse, Pays de Galles et Irlande du Nord) appliquent déjà un dispositif similaire indépendamment de la taille du commerce.

Le plan prévoit également d’encourager les supermarchés à mettre en place des rayons sans emballage en plastique, et d’aider la recherche environnementale.

« Dans les années à venir, je pense que les gens seront choqués de voir à quel point nous permettons aujourd’hui que tant de plastique soit produit inutilement », devait souligner Theresa May, selon des déclarations communiquées à l’avance par ses services.

« Rien qu’au Royaume-Uni, devait-elle ajouter, la quantité de plastique à usage unique gaspillée chaque année remplirait 1.000 Royal Albert Hall », une salle de spectacle de plus de 5.000 places à Londres.

« Le Royaume-Uni fera preuve de leadership mondial. Nous devons réduire la demande de plastique, réduire le nombre de plastique en circulation et améliorer nos niveaux de recyclage ».

Nullement convaincue, l’organisation de défense de l’environnement Greenpeace a regretté que ce qui avait été « présenté comme un effort majeur » pour s’attaquer au problème « ressemble plutôt à une occasion manquée ».

« Les mesures annoncées aujourd’hui ne répondent pas à l’ampleur de la crise environnementale », a estimé Louise Edge, une responsable de l’organisation au Royaume-Uni, dans un communiqué.

Greenpeace regrette par exemple que le plan n’ait pas retenu un système de consigne, un dispositif « éprouvé pour écarter les bouteilles en plastique ».

Et avec l’équivalent d’un camion « de déchets plastiques dans nos océans chaque minute, nous ne pouvons attendre 25 ans de plus avant d’éliminer le plastique jetable », a prévenu Mme Edge.

© AFP

Media Query: