Chypre: un drone pour lutter contre les braconniers d’oiseaux

Publié le : Last updated:

drones braconniers

Les restes d’un piège de braconniers constitué d »un filet japonais, système efficace pour attraper les animaux volants, près de la vaste base britannique de Dhekelia, dans le sud-est de Chypre, le 19 mai 2017
© AFP/Archives Amir MAKAR

Larnaca (Chypre) (AFP) – La police d’une base militaire britannique à Chypre a dévoilé jeudi sa dernière arme pour lutter contre la chasse illégale des oiseaux migrateurs: un drone high-tech.

Plus de 2,3 millions d’oiseaux ont été tués par les braconniers à l’automne 2016 à Chypre, selon une étude de la Société royale britannique de protection des oiseaux (RSPB), un chiffre en très forte hausse par rapport aux 1,4 million de 2010.

Le gros de ce braconnage, qualifié d' »industriel » par l’association de protection des oiseaux BirdLife Cyprus, a notamment lieu sur la base britannique de Dhekelia (sud-est).

L’île méditerranéenne a gagné son indépendance en 1960 de la Grande-Bretagne mais ce pays y a conservé deux zones de souveraineté, où il dispose d’une police et de tribunaux.

« La police des bases britanniques est totalement engagée à viser quiconque impliqué dans la prise au piège illégale d’oiseaux et nous utiliserons toutes les méthodes légales à cette fin », a déclaré à la presse le commandant divisionnaire de la garnison de Dhekelia, Jon Ward.

© AFP
Les braconniers jouent des chants d’oiseaux enregistrés sur des hauts-parleurs pour attirer leur proie dans les buissons la nuit puis à l’aube , ils les bombardent de graviers pour les effrayer et les forcer à se prendre dans les filets
© AFP/Archives Amir MAKAR

Le drone, qui peut aller jusqu’à plus de 80 km/h, peut obtenir une imagerie très claire, prise en altitude.

Cet appareil haut de gamme, qui a des capacités de vision de nuit, aidera la police à mieux couvrir certaines zones qu’elle avait du mal à atteindre dans le passé.

Jon Ward a ajouté que la police utiliserait également des caméras cachées, méthode qui s’est avérée payante ces derniers mois avec la condamnation en justice de plusieurs braconniers.

« Quiconque songe à s’engager dans une activité illégale, et tout particulièrement le braconnage d’oiseaux, doit bien être conscient que nous serons dehors jour et nuit », a-t-il averti.

Piégés par des branches enduites de colle ou des filets, des centaines de milliers d’oiseaux migrateurs sont tués puis servis chaque année en secret dans des restaurants de l’île.

BirdLife Cyprus qualifie le braconnage de ces oiseaux migrateurs de « désastre écologique », rappelant qu’il est strictement interdit dans l’Union européenne, dont Chypre est membre.

© AFP

Media Query: