Affaire Bibeyran: pas de lien prouvé de causalité entre pesticides et cancer

Publié le : Last updated:

cancer pesticide justice

Marie-Lys Bibeyran, la soeur de la victime et cofondatrice du Collectif Médoc Info Pesticides, le 21 septembre 2017 à Bordeaux (sud-ouest)
© AFP NICOLAS TUCAT

Bordeaux (AFP) – La cour d’appel de Bordeaux n’a pas reconnu jeudi de lien établi de causalité entre l’utilisation de pesticides et le cancer rare dont est décédé un ouvrier viticole en Gironde, Denis Bibeyran.

« C’est ce que je redoutais le plus: c’est une décision de rejet pur et simple de la demande de reconnaissance post-mortem de maladie professionnelle. Le plus grave, ce sont les motifs de la cour d’appel », a déclaré à la presse Marie-Lys Bibeyran, la soeur de la victime et cofondatrice du Collectif Médoc Info Pesticides.

La cour d’appel estime « que l’arsenic ne serait cancérogène que pour les tumeurs cutanées et pourrait être un anti-cancéreux pour les tumeurs digestives et notamment un cholangiocarcinome. Comme par hasard mon frère est décédé d’un cholangiocarcinome! », un cancer des voies biliaires, a expliqué la jeune femme, qui entendait poursuivre le « combat ».

Dans son arrêt, la Cour estime que la famille de M. Bibeyran n’a pas « rapporté la preuve d’éléments établissant la réalité d’un lien de causalité entre l’exposition aux pesticides » et son cancer.

« L’arsenic a été inscrit au tableau des (causes des) maladies professionnelles en 1955, interdit en 73 pour toute l’agriculture mais laissée en circulation pour la viticulture sur dérogation jusqu’en 2001 », a rappelé Mme Bibeyran.

Salarié agricole dans les vignes du Médoc pendant 32 ans, M. Bibeyran est décédé le 12 octobre 2009, à l’âge de 47 ans, d’un cancer contracté dix mois plus tôt. Il était tractoriste et directement exposé aux pesticides pendant une vingtaine d’années.

Sa soeur avait tenté sans succès dès 2011 plusieurs actions devant les instances de la Mutualité sociale agricole (MSA) pour faire reconnaître ce cancer comme maladie professionnelle. Le 7 janvier 2014, le tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) de Bordeaux avait rejeté la demande de reconnaissance de maladie professionnelle, incitant Mme Bibeyran à faire appel de cette décision.

« Aujourd’hui, les vignes professionnelles ont un reflet prestigieux à l’étranger (…) Aujourd’hui pour nous, les vignes bordelaises, c’est un cercueil à ciel ouvert », s’est-elle indigné.

La jeune femme était accompagnée par Valérie Murat, dont le père est décédé d’un cancer lié à l’exposition à l’arsenic et reconnu comme maladie professionnelle en 2012. Cette dernière s’est dite « choquée » par cette décision: « dire que l’arsenic est un anti-cancéreux, c’est tuer mon père une deuxième fois ».

© AFP

Media Query: