Atlantique: l’interdiction de certaines pêches sera plus systématique

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

peche atlantique

Afin d’assurer la pérennité des ressources marines, les gouvernements des pays de l’Atlantique nord ont proposé mercredi d’avoir plus souvent recours à l’interdiction de pêches de certaines espèces
© AFP/Archives GURCAN OZTURK

Ottawa (AFP) – Afin d’assurer la pérennité des ressources marines, les gouvernements des pays de l’Atlantique nord ont proposé mercredi d’avoir plus souvent recours à l’interdiction de pêches de certaines espèces.

Les ministres des Pêches de l’Atlantique nord (Union européenne, Russie, Canada, Norvège, Islande, Groenland et îles Féroé) ont convenu des conséquences du changement climatique « sur les ressources marines vivantes, y compris sur les mammifères marins », comme le sont également les pratiques de la pêche illicite.

A l’issue de leur réunion au Canada, les ministres ont rappelé que « la protection marine va de pair avec une utilisation durable des ressources marines » et un des moyens prôné porte sur « le recours à la fermeture à long terme de certaines pêches », selon un communiqué commun.

Pour atteindre l’objectif international de protection des océans et des ressources halieutique, les ministres proposent également d’instituer des « mesures de conservation par zone » établies à partir de données scientifiques.

Dans ce cadre, le ministre canadien des Pêches Dominic LeBlanc a annoncé l’augmentation de « la proportion des zones côtières et marines du Canada qui sont protégées, à 5 % d’ici la fin de 2017, et à 10 % d’ici 2020 ».

Les ministres de l’Atlantique nord « poursuivent les mêmes objectifs de conservation marine » et chaque pays a la volonté de « protéger nos océans pour les générations futures », a souligné Dominic LeBlanc.

© AFP

Media Query: