Mayotte: Bareigts vante le plan eau et ses effets à « court, moyen et long terme »

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Ericka Bareigts

La ministre des Outremer, Ericka Bareigts, le 11 janvier 2017 au palais de l’Élysée
© AFP/Archives STEPHANE DE SAKUTIN

Mamoudzou (AFP) – La ministre des Outremer, Ericka Bareigts, en visite pour trois jours à Mayotte, a défendu lundi le plan gouvernemental face à « la crise inédite de pénurie » d’eau et ses mesures « à court, moyen et long terme », en appelant aussi à l’implication des élus locaux.

Au premier jour de son déplacement, axé sur la « crise inédite » due, selon elle, à une situation climatique sans précédent depuis 1949, la ministre est revenue sur ce plan, lors d’une séance de travail avec le président du syndicat des eaux SIEAM et les élus, mais aussi lors d’une rencontre d’habitants de Chirongui, une des communes du sud confrontée à la pénurie.

Le plan « contient des mesures à court, moyen et long terme, à hauteur de 77 millions (d’euros) », avec des financements de l’État, de l’Europe et de l’emprunt du SIEAM avec la Caisse des dépôts, a–t-elle indiqué.

Si elle a souligné que ces problèmes relèvent de la compétence locale, notamment du syndicat des eaux, Mme Bareigts a insisté sur l’engagement de l’État pour aboutir à des solutions souhaitées pérennes face à une situation complexe.

Sur les mesures du « plan Eau » que le SIEAM devra mettre en œuvre notamment afin de diversifier la ressource en eau, la ministre a rappelé que « jusqu’à présent, 80% de la production de l’eau de Mayotte tombe du ciel ». « Quand on a des changements climatiques, il y a moins de pluie qui tombe du ciel, donc il y a moins d’eau et il ne faut pas rester inactif. Donc le plan est fait pour diversifier la ressource en eau avec, par exemple, des usines de dessalement », a-t-elle expliqué.

Le second objectif du plan est d’augmenter les capacités des réservoirs d’eau sur Mayotte pour répondre à la hausse de consommation liée à l’augmentation de la population. « Il s’agit aussi de travailler sur une meilleure répartition de la ressource entre le nord et le sud de l’île, et il faut mieux raccorder les retenues collinaires », a précisé Mme Bareigts.

Elle a aussi évoqué des solutions en étude notamment avec La Réunion pour remplir les retenues collinaires de Mayotte, tout en insistant sur l’implication des élus mahorais pour éviter de futures situations de crise.

Mayotte subit une forte pénurie d’eau, qui a conduit la préfecture de l’île à couper l’eau domestique deux jours sur trois dans huit communes du sud et du centre de l’île depuis fin décembre.

Depuis le 28 février, et la mise en place d’un plan d’urgence « eau » à Mayotte par la ministre, les coupures d’eau ont été légèrement allégées et interviennent un jour sur deux.

© AFP

Media Query: