Le chef des talibans afghans appelle à planter des arbres

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

talibans

Un homme et un enfant sur le dos d’un âne sur une route menant au village de Baharak en Afghanistan, le 6 octobre 2012
© AFP/Archives ROBERTO SCHMIDT

Kaboul (AFP) – Le chef des talibans, le mollah Haibatullah Akhundzada, a appelé dimanche ses partisans et chacun en Afghanistan à « planter des arbres » en soulignant « leur importance pour la protection de l’environnement et le développement économique ».

Le mollah Haibatullah, dont les déclarations rendues publiques sont comptées depuis son arrivée en mai 2016 à la tête des insurgés, s’est exprimé dans un « message spécial » communiqué à la presse et posté sur le site du mouvement taliban.

« Alors que le printemps approche, les Moudjahidine (combattants) et chaque individu sont appelés à planter un ou plusieurs arbres, fruitiers ou non, au profit de la Terre et à la gloire d’Allah le Tout-puissant », indique-t-il.

« Les arbres jouent un rôle important dans la protection de l’environnement, le développement économique et l’embellissement de la Terre », poursuit le mollah.

Écologiste décidément convaincu, il remarque que « si la culture des plantes et la plantation des arbres devaient cesser, c’est la vie elle-même qui serait menacée ».

Alors que les talibans se font davantage remarquer pour leurs offensives et attentats que pour leur amour de la nature et qu’ils s’intéressent surtout à la culture du pavot, dont les taxes prélevées sur les récoltes fournissent l’essentiel de leur revenu, le porte-parole du ministère de l’Intérieur n’a pas manqué de répondre du tac-au-tac.

« Qu’ils commencent d’abord par cesser de planter des explosifs qui tuent quotidiennement tellement d’Afghans, y compris des femmes et des enfants », a lancé sur Twitter Sediq Sediqqi.

Selon les Nations unies, plus de 11.500 civils ont été tués en 2016 dans les combats entre forces régulières et insurgés, principalement talibans. Deux tiers des victimes sont imputés par l’ONU à ces derniers.

Le mollah Haibatullah, leader religieux plutôt que militaire, a été porté à la tête du mouvement taliban après la mort du mollah Mansour, tué au Pakistan dans une frappe de drone américain en mai 2016. Aucune de ses déclarations n’avait été rendue publique depuis la mi-septembre 2016.

© AFP

Media Query: