Grippe aviaire: l’abattage préventif des canards et oies étendu à 232 communes du sud-ouest

Publié le : Last updated:

Grippe aviaire

Un éleveur de canards de Belloc-Saint-Clamens dans le Gers (Occitanie), s’apprête à abattre une partie de ses 32.000 palmipèdes, le 6 janvier 2017.
© AFP/Archives REMY GABALDA

Paris (AFP) – La zone d’abattage préventif des palmipèdes a été étendue pour la deuxième fois par le ministère de l’Agriculture, passant à 232 communes dans quatre départements du sud-ouest touchés par l’influenza aviaire H5N8, selon un arrêté publié mardi au Journal officiel, qui ajoute 45 communes à la liste.

Le Gers reste le premier département concerné par cette mesure, avec 105 communes soumises à l’obligation d’abattre leurs oies et canards, soit 13 de plus que dans la 2e liste établie le 10 janvier par le ministère de l’Agriculture, et 20 supplémentaires par rapport à la liste initiale, datant du 4 janvier.

La plupart des communes ajoutées à la liste se situent toutefois dans les Landes (+23, soit 97 au total, après +19 le 10 janvier).

Dans les Hautes-Pyrénées, 10 communes supplémentaires sont concernées (soit 15 au total). Aucun changement n’est intervenu dans les Pyrénées-Atlantiques (15 communes concernées).

Repéré fin novembre sur des oiseaux sauvages, le virus H5N8 continue de s’étendre dans les élevages du sud-ouest et avait contaminé 136 exploitations mardi dans huit départements (Landes, Tarn, Gers, Lot-et-Garonne, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques, Aveyron, Deux-Sèvres), selon les derniers chiffres du ministère.

Par ailleurs, neuf foyers ont été identifiés en France dans la faune sauvage dans sept départements (Pas-de-Calais, Haute-Savoie, Tarn, Manche, Ain, Lot-et-Garonne, Landes).

La France a lancé le 4 janvier une politique d’abattage massif et préventif de palmipèdes dans le sud-ouest, pour tenter d’enrayer l’épidémie amenée au départ par les oiseaux migrateurs, et souvent transmise par les déplacements d’animaux d’un élevage à l’autre, ou de matériels et personnels n’ayant pas suffisamment observé les mesures de biosécurité prescrites.

© AFP

Media Query: