Thaïlande: les bateaux de pêche loin de leur côtes pour éviter les contrôles

Publié le : Last updated:

bâteaux de pêche

Des bateaux de pêche dans un port de la région de Pattani en Thaïlande le 2 juillet 2015
© AFP/Archives Tuwaedaniya MERINGING

Bangkok (AFP) – Les bateaux de pêche thaïlandais se sont déplacés vers des eaux éloignées et écologiquement vulnérables à proximité des côtes africaines pour fuir les contrôles renforcés, d’après Greenpeace.

L’Union européenne avait adressé en avril 2015 un « carton jaune » au quatrième exportateur mondial de produits de la mer, pour forcer Bangkok à faire le ménage dans une filière accusée de travail forcé.

« Le gouvernement thaïlandais a tenté de freiner les violations des droits de l’homme dans l’industrie de la pêche, mais les conditions à bord des flottes thaïlandaises restent toujours aussi terribles », a déclaré Anchalee Pipattanawattanakul, de Greenpeace Asie du Sud-Est.

« Notre enquête montre que, plutôt que de changer la façon dont ils pêchent pour satisfaire aux règlements, ils se contentent de se déplacer vers des zones de pêche isolées et moins réglementées en dehors de la région », ajoute-t-il.

En se déplaçant bien loin des eaux thaïlandaises, les employeurs continuent à imposer des conditions de travail hors de tout cadre légal.

Certains employés ont décrit à Greenpeace le manque de nourriture, les semaines en mer et les mauvais traitements (coups, menaces), des pratiques toujours largement employées.

La zone fragile sur le plan environnemental, située à plus de 7.000 km de la Thaïlande, est devenue un « havre de tranquillité pour les pêcheurs thaïlandais ces 18 derniers mois ».

Le département de la pêche de Thaïlande, qui n’a pas répondu aux demandes de sollicitation de l’AFP, a mis en place ces derniers mois de nouvelles réglementations et régulariser des travailleurs birmans.

En juillet, lors de la publication du rapport TIP américain consacré au trafic d’êtres humains, la Thaïlande avait regagné une place et quitté le « niveau 3 » des pires pays en la matière. Une décision qui avait suscité des critiques.

© AFP

Media Query: