Côte-d’Or: des militants anti-OGM détruisent des parcelles de colza

Publié le : Last updated:

colza

Plusieurs dizaines de militants anti-OGM ont détruit lundi matin deux parcelles de colza près de Dijon, considérant ces plants comme des organismes génétiquement modifiés
© AFP/Archives DAMIEN MEYER

Lyon (AFP) – Plusieurs dizaines de militants anti-OGM ont détruit lundi matin deux parcelles de colza près de Dijon, considérant ces plants comme des organismes génétiquement modifiés (OGM), a-t-on appris auprès d’eux et du groupe agricole Dijon Céréales.

Après avoir arraché des plants de colza, « environ soixante-dix » membres du collectif des « faucheurs volontaires » ont investi les locaux du groupe à Longvic (Côte-d’Or), où ils ont déversé des sacs de soja, selon l’un d’eux, Annick Bossu.

« Il n’y a plus d’OGM transgéniques cultivés en France depuis le moratoire mais il y a toujours des importations de plants transgéniques et sont désormais cultivés des OGM obtenus par mutagenèse », a dit Mme Bossu, précisant que ces derniers étaient « reconnus comme OGM par la directive européenne 2001-18, mais exclus de son champ d’application ».

Selon Mme Bossu, « les OGM par mutagenèse sont aussi dangereux que les OGM transgéniques, la plante devient une éponge à herbicides ».

Le directeur scientifique recherche et développement de Dijon Céréales, Frédéric Imbert, a déploré « le refus de dialoguer » des manifestants, qui étaient « une cinquantaine » selon lui et se trouvaient toujours sur le site de l’entreprise en fin de matinée.

« Dijon Céréales respecte la règlementation, on ne vend pas d’OGM et les plants en question ne sont pas classés OGM », a-t-il dit à l’AFP.

« Les coopératives ne vivent pas de la vente de produits phytosanitaires, notre objectif est au contraire de développer des techniques alternatives afin d’utiliser moins de produits chimiques », a-t-il poursuivi.

© AFP

Media Query: