Un ours en boîte de nuit, plus question !

Publié le : Last updated:

boite de nuit

Un ours dressé du Shanghai Wild Animal Park, en Chine, le 2 mai 2007
© AFP/Archives MARK RALSTON

Rennes (AFP) – La présence d’un serpent, d’un perroquet et surtout d’un ours muselé samedi soir dans une discothèque d’Ille-et-Vilaine suscite une vive polémique sur les réseaux sociaux, où une pétition pour « interdire les animaux en boîte de nuit » a recueilli des milliers de signatures.

Samedi soir, c’était Soirée Cirque à la Scala de Guipry-Messac, une discothèque située à une quarantaine de kilomètres au sud de Rennes. Si l’événement n’est pas nouveau – la Scala organise ce type de soirée chaque année depuis 2011 -, cette fois, les fêtards ont diversement apprécié la présence d’animaux sur le site.

De nombreux messages d’insultes ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux, criant à la maltraitance animale, tandis qu’une pétition déposée sur le site Change.org recueillait mardi à 09H00 plus de 7.000 soutiens., un chiffre qui gonflait de minute en minute. « Les animaux ont le droit au respect, alors arrêtons les frais et interdisons aux boîtes de nuit d’utiliser les animaux pour pouvoir faire du chiffre », pouvait-on y lire.

Face à ce déferlement de réactions, Alain Fournier, le directeur de la discothèque, également propriétaire d’un établissement à Laval, a publié lundi soir une vidéo sur Internet pour s’excuser de l’émoi qu’a pu provoquer « la photographie d’un ours muselé sortie du contexte de la soirée ».

Étaient effectivement « présents un serpent, un perroquet, un ours », reconnaît le responsable dans cette vidéo mais, tient-il à préciser, « cet ours est né en captivité, n’a pas été prélevé à son habitat naturel » et était encadré de dresseurs professionnels.

Par ailleurs, ajoute-t-il, « l’ours, le perroquet et le serpent ont été présentés à l’accueil de nos établissements » et, « à aucun moment, ces animaux n’ont été dans les clubs avec la foule et la musique, ils ont été totalement respectés (…) comme dans un cirque avec des spectateurs ».

« Il nous faut savoir entendre et prendre en compte ce qui a pu choquer », conclut-il cependant, annonçant qu’il y aura « d’autres soirées cirques (…) mais il n’y aura plus d’animaux présentés à l’entrée ».

© AFP

Media Query: