Le changement climatique accroit le risque de conflits dans les pays multi-ethniques

Publié le : Last updated:

B-52 sur la base aérienne Davis Monthan près de Tucson, Arizona, États-Unis (32°10’ N – 110°52’ O).

B-52 sur la base aérienne Davis Monthan près de Tucson, Arizona, États-Unis (32°10’ N – 110°52’ O).

Près du quart des conflits survenus entre 1980 et 2010 dans les pays multi-ethniques sont liés à des catastrophes climatiques, selon une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Cette étude s’est intéressée aux impacts économiques des catastrophes climatiques en prenant en compte la diversité ethnique d’un pays, qui peut accroitre sa vulnérabilité aux conflits. Hans Joachim Schellnhuber, coauteur de l’étude, explique à ce titre que « la Syrie et la Californie ont toutes deux été victimes de records de chaleur, sans pour autant qu’il n’y ait de guerre civile en Californie (…) C’est bien la combinaison de désastres climatiques et de tensions ethniques qui constitue un mélange explosif ».

« Notre étude démontre que la paix est aussi un bénéfice direct de la stabilisation climatique », conclut le chercheur. « Ces données seront à prendre en compte dans les politiques de sécurité de régions telles que l’Afrique du Nord et Centrale ainsi que l’Asie Centrale, toutes deux fortement vulnérables au changement climatique d’origine anthropique et caractérisées par de profondes divisions ethniques ».  Jusqu’à présent, les travaux scientifiques ont concentré leurs recherches sur le lien entre conflits et données météorologiques, sans prendre en compte les éventuelles divisions ethniques et la compétition pour les ressources.

Media Query: