Taxer les engrais chimiques pour en limiter l’usage

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

végétation

Végétation subaquatique dans la Loire près de Digoin, Saône-et-Loire, France (46°27’ N – 3°59’ E) © Yann Arthus-Bertrand

Des chercheurs suggèrent l’instauration d’une taxe sur les engrais chimiques pour limiter leur utilisation en France. Cette taxe serait inspirée par celle qui existe déjà sur les pesticides. L’étude, publiée dans la revue Science Direct, propose une taxe spécifique aux intrants chimiques de 0,05 à 0,27 centimes d’euro par kilogramme d’engrais utilisé. Les auteurs de l’étude s’inquiètent de l’usage croissant des engrais chimiques et des répercussions sur l’environnement et la santé. Ils ont constaté  qu’ « entre 2006 et 2009, le prix des récoltes a drastiquement augmenté », ce qui pousse les agriculteurs à « utiliser plus de produits agro-chimiques dans le but de faire croitre leurs rendements ».

Les engrais chimiques sont à l’origine de la pollution de l’eau par l’azote (qui entraine les marées vertes) et de la pollution de l’air. La pollution des eaux de surface en France s’explique en partie par le recours aux engrais chimiques.  Les scientifiques notent que seules 48,2 % des eaux de surface françaises sont considérées comme de « bonne » ou de « très bonne » qualité, selon les critères de la directive cadre européenne sur l’eau.

Media Query: