Pôle sud : la concentration de C02 à son plus haut niveau depuis 4 millions d’années

Publié le : Last updated:

antarctique

Glace en train de fondre dans la péninsule ouest de l’Antarctique, le 5 mars 2016 © AFP PHOTO/EITAN ABRAMOVICH

La concentration de CO2 sur le continent Antarctique vient de battre un record : plus de 400 parties par million (ppm) le 23 mai 2016, soit le taux le plus haut depuis 4 millions d’années. Cela signifie que sur 1 million de molécules présentes dans l’atmosphère, plus de 400 sont des molécules de C02.

La croissance de la concentration de C02 atmosphérique sur une année a par ailleurs dépassé tous les calculs enregistrés depuis 56 ans, avec un bond de 3,05 ppm l’année dernière. Les résultats de l’étude, qui ont été dévoilés par l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), mettent en cause la combustion des énergies fossiles, « premier facteur de pollution aux gaz à effet de serre ». « Puisque les émissions liées à la combustion fossile ont battu des records ces dernières années, le taux de croissance du C02 dans l’atmosphère a de la même manière battu des records. Et nous savons qu’une partie de ce C02 restera dans l’atmosphère des milliers d’années », déclare Pieter Tans, chercheur affilié au groupe de travail sur les gaz à effet de serre mondiaux de NOAA.

La concentration du C02 dans l’atmosphère a été aggravé en 2015 par le phénomène climatique El Nino, un courant saisonnier chaud de l’Océan Pacifique à l’origine d’un réchauffement cyclique global. Les vagues de chaleur, les incendies et les inondations provoquent des dégâts sur les écosystèmes terrestres et libèrent une partie du C02 stocké dans le sol.

Media Query: