Brucellose: vers un « assainissement sélectif » des bouquetins du Bargy

Publié le : Last updated:

bouquetin

Un bouquetin court après avoir été remis en liberté par des gardes du Parc Naturel de Chartreuse le 11 mai 2010 sur la commune d’Entremont le Vieux © AFP/Archives JEAN-PIERRE CLATOT

Grenoble (AFP) – Les pouvoirs publics vont procéder à un « assainissement sélectif » des bouquetins du Bargy (Haute-Savoie), malades de la brucellose, revenant ainsi sur le choix de l’abattage massif fait en septembre dernier, a-t-on appris de sources concordantes.

La « stratégie d’action » du gouvernement consiste désormais à mettre en œuvre « un assainissement sélectif des animaux restant sur le massif afin de constituer un noyau sain », selon une directive du 12 mai signée par les ministres de l’Environnement Ségolène Royal, de l’Agriculture Stéphane Le Foll et par la secrétaire d’État chargée de la Biodiversité Barbara Pompili.

La brucellose est une maladie infectieuse qui risque selon les éleveurs de contaminer leurs bêtes.

Dans cette lettre adressée au préfet de Haute-Savoie, dont l’AFP a obtenu copie, les ministres évoquent un « programme d’assainissement (…) sur une perspective de plusieurs années consécutives » qui pourra envisager une vaccination des animaux ou une réintroduction de bouquetins sains.

C’est un revirement par rapport à la stratégie d’abattage massif actée par le préfet de Haute-Savoie dans un arrêté du 16 septembre 2015, car il n’est désormais plus question d’abattre des animaux non testés séropositifs à la brucellose ou qui ne présenteraient pas de signe clinique de la maladie.

Quelques 300 bouquetins ont été recensés dans le Bargy, dont 40% sont atteints de brucellose. L’enjeu est crucial pour la filière reblochon, le massif du Bargy ne comptant pas moins de 62 élevages bovins laitiers.

Les représentants des éleveurs ont d’ailleurs claqué la porte d’une réunion organisée vendredi sur le sujet en préfecture de Haute-Savoie.

« C’est inadmissible, il faut assainir ce massif rapidement! Les éleveurs sont excédés par les revirements successifs du gouvernement », a réagi Bernard Mogenet, président de la FDSEA des Savoie, en évoquant la possibilité d’attaquer en justice le nouvel arrêté préfectoral.

A l’inverse, les défenseurs de l’environnement ont salué « la prise en compte des avis scientifiques » et la « vision de long terme » adoptée par la nouvelle stratégie. « C’est du solide », s’est félicité Jean-Pierre Crouzat, porte-parole de la Frapna (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature).

Dans un rapport de juillet 2015, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) estimait impossible de parvenir à un abattage total des bouquetins et suggérait une combinaison de mesures sur au moins cinq ans pour éviter la propagation de la maladie aux autres massifs: vaccination, euthanasie sélective, surveillance, etc…

Elle qualifiait de « quasi-nul » le risque de transmission de la maladie à l’homme, en tout cas « très inférieur » au risque lié à la brucellose importée (80% des cas en France chaque année).

© AFP

Media Query: