Après le Loiret, la Seine-et-Marne touchée par une crue exceptionnelle

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

chambord

Le château de Chambord les pieds dans l’eau, le 1er juin 2016 © Domaine national de Chambord/AFP A. Leboutey

Nemours (France) (AFP) – Nemours coupé en deux, le château de Chambord et le fameux zouave parisien les pieds dans l’eau: les secours se sont activés mercredi face aux inondations exceptionnelles qui touchent la France depuis plusieurs jours.

Après le Loiret, la Seine-et-Marne a été à son tour placée en vigilance rouge inondations.

A Souppes-sur-Loing (Seine-et-Marne), le corps d’une femme de 86 ans a été découvert dans son pavillon inondé. Exprimant leur « vive émotion », la ministre de l’Environnement Ségolène Royal et le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve ont indiqué que « l’enquête ouverte devra déterminer les causes et les circonstances exactes du décès ».

Nemours, dans le même département, s’est retrouvé coupé en deux par les eaux. « Ça fait 60 ans que j’habite ici, j’ai jamais vu ça », a confié Sylvette Gounaud, employée d’une supérette inondée.

« Le centre-ville est totalement sous l’eau, tous les commerces sont détruits », a déploré la maire de la ville, Valérie Lacroute.

Trois mille personnes y ont été évacuées vers des centres d’hébergement.

« Il s’agit d’une crue exceptionnelle, supérieure à la crue de 1910 », a prévenu Météo France. Les cours dans les établissements scolaires ont été suspendus dans 80 communes du « secteur critique du Loing », affluent de la Seine.

A Nemours, les niveaux atteints lors de la crue de 1910 (4,25 m) avaient été dépassés à 13H00 et l’eau continuait à grimper (4,59 m vers 22H00).

Dans le Loiret voisin, il est tombé l’équivalent d’un mois et demi de précipitations en trois jours.

Près de 10.000 foyers étaient privés d’électricité dans les trois départements du Loiret, de la Seine-et-Marne et des Yvelines, selon Enedis (anciennement ERDF), qui a déployé plusieurs centaines de techniciens et des dizaines de groupes électrogènes. Trois cent personnes ont dû être évacuées à Rambouillet, dans les Yvelines.

Les inondations ont causé des perturbations dans les transports franciliens (RER B, D, E et Tramway), déjà affectés par une grève contre la loi travail. Aucun train Transilien, intercités ou TER ne circulait ainsi entre Paris-Montparnasse et Versailles-Chantiers, la SNCF espérant « un retour à la normale » d’ici lundi.

Chambord dans l’eau

Chouchou des touristes, le château de Chambord avait les pieds dans l’eau. Les élèves des écoles, collèges et lycées du département du Loir-et-Cher seront dispensés de cours jeudi.

Au total, les inondations ont nécessité 10.000 interventions des pompiers depuis le début de l’épisode pluvieux dimanche, selon les autorités.

A Nemours, Ségolène Royal a déclaré que l’état de catastrophe naturelle allait « être reconnu », alors que la présidente du Conseil régional d’Ile-de-France Valérie Pécresse (LR) a annoncé qu’elle proposerait un fonds d’urgence d’un million d’euros pour les communes franciliennes sinistrées.

Tout au long du cours du Loing, plusieurs communes ont été touchées, comme Montargis où la sous-préfecture était noyée sous 1,80 m d’eau. « On est en décrue progressive », a déclaré à l’AFP le député-maire LR Jean-Pierre Door, mais il faudra « au moins deux-trois jours » avant un retour à la normale.

Mercredi, l’accès à Orléans par voie routière comme ferroviaire était difficile. L’A10 était fermée sur de larges portions.

A Paris, une partie des voies sur berges a été fermée. La Seine avait déjà atteint 4,45 m à 22H00 et trempait les pieds du zouave du pont de l’Alma, célèbre statue qui sert de repère aux Parisiens. Lors de la crue historique de 1910, il avait eu de l’eau jusqu’aux épaules (8,62 m).

La Seine pourrait atteindre le week-end prochain dans la capitale un pic, entre 5,10 et 5,70 mètres, une situation qui « nécessite une vigilance particulière », a prévenu la mairie.

Outre les deux départements en vigilance rouge, six autres sont en vigilance orange « inondations »: le Loir-et-Cher, le Cher, l’Indre, l’Indre-et-Loire, la Meuse et la Meurthe-et-Moselle.

Météo France a averti qu’après « une journée d’accalmie relative » mercredi, de nouvelles pluies sont attendues « par le nord-est en soirée ». Ces pluies devraient atteindre le bassin parisien dans la nuit de mercredi à jeudi.

© AFP

Media Query: