La RATP met en service son premier Bluebus, le bus électrique de Bolloré

Publié le : Last updated:

bus

Un bus électrique Bluebus place de l’Etoile à Paris, le 30 mai 2016 © AFP ERIC PIERMONT

Paris (AFP) – Un premier bus électrique Bluebus, fabriqué par le groupe Bolloré, est entré en service régulier lundi sur une ligne de région parisienne qui sera entièrement équipée de ce nouveau modèle d’ici la fin de l’année.

Le Bluebus, long de 12 mètres et pouvant emporter une centaine de passagers, est entré en service sur la ligne 341 de la RATP, qui relie la porte de Clignancourt à la place de l’Etoile dans la capitale, via Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), Clichy et Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

D’ici la fin de l’année, 22 autres Bluebus viendront remplacer les véhicules opérant sur ce trajet qui deviendra ainsi « la première ligne de bus 100% électrique standard en Ile-de-France », affirme la RATP dans un communiqué.

100% ou presque, puisque les bus de Bolloré sont pourvus d’un chauffage thermique GTL (« gas-to-liquid ») qui préserve leur autonomie, a souligné Marie-Claude Dupuis, responsable du matériel roulant bus à la RATP.

Le Bluebus, encore « produit en toute petite série », coûte par ailleurs « deux fois le prix d’un bus diesel » soit environ 500.000 euros à l’unité, a-t-elle ajouté.

Cependant, sur une période de sept ans, « les bus seront de prix équivalents », grâce notamment à des coûts de maintenance réduits, a estimé Vincent Bolloré, PDG éponyme du groupe. Ce calcul repose sur un prix moyen du baril de pétrole de 50 dollars, a-t-il précisé.

Commandés fin 2014 par le syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) et la RATP, les Bluebus fabriqués à Ergué-Gaberic (Finistère) sont équipés de huit batteries installées sur leur toit et peuvent rouler au moins 180 kilomètres sans recharge.

Leur utilisation en conditions réelles permettra de vérifier cette autonomie, ainsi que le niveau de bruit et d’autres caractéristiques techniques.

La présidente de la RATP, Elisabeth Borne, s’est félicitée de disposer ainsi d' »une belle vitrine à Paris », avant de lancer en 2017 un appel d’offres pour renouveler les 4.500 bus de sa flotte francilienne, avec l’objectif d’un parc composé à 80% de véhicules électriques d’ici 2025.

D’autres modèles seront également testés sur les lignes 21 et 147 du réseau de bus, dont ceux du français Heuliez Bus (filiale de l’italien Iveco), du polonais Solaris, de l’espagnol Irisar et du chinois Yutong associé à l’alsacien Dietrich Carebus.

La présidente de la région et du Stif, Valérie Pécresse, s’est pour sa part dite « prête à lancer des RER autoroutiers électriques » et a annoncé le lancement « dans les prochaines semaines » d’un « plan 1.000 bus », afin de « renforcer l’offre en grande couronne ».

© AFP

Media Query: