Abattoirs: la commission d’enquête constate des « dysfonctionnements majeurs » à Autun

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

boucher

Un boucher au travail, lors d’une présentation du secteur professionnel de la viande, à l’abattoir de Saint-Gaudens le 18 septembre 2015 © AFP/Archives REMY GABALDA

Paris (AFP) – « Plusieurs dysfonctionnements majeurs », notamment dans « l’amenée » des animaux, ont été constatés lundi à l’abattoir d’Autun (Saône-et-Loire) par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les abattoirs, mais « aucun signe de maltraitance », selon un communiqué.

Lors d’un deuxième déplacement « inopiné » dans un abattoir, après celui de Feignies (Nord) il y a quinze jours, le président de la commission Olivier Falorni (membre du groupe à dominante PRG) et son rapporteur Jean-Yves Caullet (PS) se sont rendus à 4H30 dans cet abattoir intercommunal correspondant à un type d’établissements « multi-espèces (bovins, porcs, petits ruminants), de petite taille et en gestion publique (intercommunale) ».

Si elle « salue la volonté de communication de la direction de cet abattoir, qui lui a immédiatement ouvert ses portes » et souligne qu' »aucun signe de maltraitance animale n’a été observé -les salariés adoptant un comportement adéquat », la commission d’enquête indique avoir « néanmoins constaté plusieurs dysfonctionnements majeurs, en particulier lors de l’amenée des animaux ».

« Les derniers mètres du parcours avant l’immobilisation sont source de stress pour les animaux. Une fois ceux-ci arrivés dans le piège, le dispositif de contention ne permet pas une immobilisation satisfaisante pour l’application de la pince à électronarcose, ce qui rend le travail des salariés d’autant plus difficile », selon le communiqué de M. Falorni.

Pour le président de la commission d’enquête et député de Charente-Maritime, cette situation révèle « un manque d’investissements passés dans la modernisation du bâtiment et dans le matériel utilisé », mais « un plan d’investissement de 4,7 millions d’euros est prévu », principalement pour « le rééquipement des postes d’amenée et de contention des ovins et des porcins, qui constitue effectivement une urgence pour le bien-être animal et celui des opérateurs ».

La commission prévient qu’elle fera encore d’autres visites inopinées « dans les semaines à venir dans des établissements de types différents afin d’avoir la vision la plus complète possible des réalités du terrain ».

© AFP

Media Query: