Andorre: fermeture d’une entreprise d’eau responsable de 4.000 gastro-entérites

Publié le : Last updated:

eau

L’entreprise Aigues d’Arinsal à Andorre, où est embouteillée l’eau Aigual d’Arinsal à l’origine de plus de 4.000 gastro-entérites dans la région de Barcelone a été fermée, le 27 avril 2016 © AFP/Archives CRISTINA QUICLER

Andorre-la-Vieille (Andorre) (AFP) – Le gouvernement d’Andorre a décidé mercredi de fermer une entreprise où est embouteillée l’eau Aigual d’Arinsal à l’origine de plus de 4.000 gastro-entérites dans la région de Barcelone.

Le ministre andorran de la Santé, Carlos Alvarez, a expliqué, lors d’un point de presse, la fermeture de l’entreprise Aigues d’Arinsal par le fait que le norovirus, d’origine fécale et responsable de la maladie, avait été retrouvé dans « tous les échantillons prélevés ».

Selon le département de santé de la région de Barcelone, 4.146 personnes ont été traitées pour des symptômes de nausées, vomissements et fièvre après avoir bu de l’eau embouteillée polluée par de la matière fécale. Six ont été hospitalisées.

Cependant, alors que le virus à l’origine de la maladie nécessite 12 à 48 heures d’incubation, aucun nouveau cas de maladie n’a été diagnostiqué depuis le weekend dernier, a précisé le secrétaire de la santé publique d’Andorre, Joan Guix.

« C’est la première fois au monde qu’on trouve ce norovirus dans de l’eau en bouteille », avait déclaré mardi Albert Bosch, professeur de microbiologie à l’Université de Barcelone, chargé de l’analyse de l’eau contaminée.

« Il y a pu avoir une contamination accidentelle avec des eaux fécales. Généralement, ça se passe avec de l’eau du robinet quand des matières fécales sont mélangées, d’une façon ou d’une autre, à l’eau potable. Mais là, on parle d’eau en bouteille et on ne sait toujours pas comment cela a pu se produire », avait-il ajouté.

Dans un premier temps, les autorités andorranes avaient espéré que l’infection serait limitée à la nouvelle ligne de production. Mais finalement les analyses ont confirmé que toute la nappe est touchée, un événement « très rare ».

Selon les autorités andorranes, aucune infiltration d’eaux usées n’a toutefois été détectée, un constat qui, dans l’attente « des analyses restant à réaliser » contredit la thèse de l’Agence de la santé publique de la Catalogne. Elle avait fait valoir que l’apparition de norovirus était le résultat de « contamination fécale humaine ».

L’épidémie a été détectée le 15 avril. La société avait dans un premier temps retiré du marché 6.150 bouteilles qui avaient été réparties dans 925 entreprises de Barcelone et de la ville de Tarragone, à 100 km au sud.

Interrogé, le gouvernement andorran a reconnu ne pas savoir si l’eau de cette entreprise avait été distribuée ailleurs, notamment en France. L’entreprise a refusé de s’exprimer.

© AFP

Media Query: