Diminuer la pêche du poisson perroquet pour protéger les récifs coralliens

Publié le : Last updated:

poisson

Un poisson perroquet (Scarus ferrugineus ) au large des côtes égyptiennes © AFP PHOTO / TARIK TINAZAY

Restreindre la pêche du poisson perroquet permettrait un renouvellement plus rapide des récifs coralliens, selon une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Les chercheurs de l’Université de Queensland suggèrent donc  de « limiter la pêche à 10% des stocks disponibles pour une meilleure perspective d’avenir pour les récifs, tout en permettant à l’activité de perdurer ». Capturer des poissons perroquets dont la taille dépasse les 30 centimètres de long assure le renouvellement de la population de cette espèce. Elle joue un rôle de régulateur, avec d’autres espèces de poissons herbivores, dans l’écosystème marin. Le poisson perroquet est un herbivore qui se nourrit d’une algue qui entre en compétition avec le corail. La prolifération de cette algue empêche la croissance des récifs coralliens. Son ingestion par le poisson perroquet réduit la pression sur le corail et permet donc sa croissance.

Les scientifiques insistent sur le bénéfice de limiter les prises de poisson perroquet pour assurer l’avenir des pêcheries puisque  :  « nous savons déjà qu’un échec dans la protection du corail aura pour conséquence des quantités pêchées 3 fois moins importantes dans le futur ». Plusieurs pays de la région caribéenne ont déjà interdit la pêche du poisson perroquet, comme le Belize, les îles Turques-et-Caïques et l’île Bonaire.

Media Query: