Nucléaire: le Japon ne peut se passer de l’énergie atomique selon Abe

Publié le : Last updated:

japon

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe, lors d’une conférence de presse à Tokyo, le 10 mars 2016
© AFP KAZUHIRO NOGI

Tokyo (AFP) – Le Japon ne peut pas se passer du nucléaire, a affirmé jeudi le Premier ministre japonais Shinzo Abe, lors d’une conférence de presse à la veille du 5e anniversaire de la catastrophe atomique de Fukushima.

« Notre pays pauvre en ressources ne peut se passer de l’énergie nucléaire pour se garantir un approvisionnement régulier en énergie, tout en tenant compte des considérations économiques et du changement climatique », a-t-il déclaré en plein débat sur la relance des réacteurs.

Après un discours d’une bonne quinzaine de minutes sur les avancées de la reconstruction de la région dévastée par un tsunami gigantesque le 11 mars 2011, M. Abe était questionné sur la politique nucléaire au lendemain d’un ordre d’arrêt de deux réacteurs à peine redémarrés.

« L’Autorité de régulation nucléaire a jugé conformes ces réacteurs à ses normes de sûreté qui sont les plus sévères du monde, sur la base de critères techniques et scientifiques », a insisté M. Abe, ajoutant qu’il n’y avait à cet égard « pas de changement ».

Il a à maintes reprises déjà insisté sur le fait que la politique du gouvernement était d’autoriser le redémarrage de « tous les réacteurs nucléaires jugés sûrs par cette instance indépendante ».

Actuellement, il reste 43 réacteurs nucléaires potentiellement exploitables au Japon (contre 54 avant l’accident de Fukushima), mais seulement 2 sont en services. Deux autres (Takahama 3 et 4) avaient été redémarrés en tout ou partie, mais la justice a contraint l’opérateur à les stopper.

M. Abe a par ailleurs promis en « engagement plein et entier de l’Etat sur la question de l’eau contaminée à la centrale de Fukushima » et pour permettre à la région de se rétablir.

La majorité de l’opinion publique se dit opposée à la relance des centrales, selon différents sondages régulièrement réalisés par les médias.

Le Japon, sixième émetteur de gaz à effet de serre, s’est engagé à réduire ses émissions de 26% entre 2013 et 2030.

Afin de parvenir à cet objectif, l’énergie nucléaire devrait fournir 20 à 22% de l’électricité, selon les engagements donnés à l’ONU par Tokyo. La proportion était de 25 à 30% avant l’accident.

Les énergies renouvelables verraient leur part portée à 22-24% d’ici à l’année budgétaire 2030 (avril 2030-mars 2031), contre 11% sur l’année achevée fin mars 2014.

© AFP

Media Query: