Fin de la mission de Nicolas Hulot auprès de François Hollande

Publié le : Last updated:

Nicolas Hulot

Nicolas Hulot, le 11 décembre 2015 au Bourget, près de Paris
© AFP/Archives DOMINIQUE FAGET

Paris (AFP) – La mission de Nicolas Hulot comme envoyé spécial du président François Hollande pour la protection de la planète prend fin, après l’accord mondial sur le climat scellé à la COP21, ont annoncé mercredi l’Elysée et la Fondation Hulot (FNH).

Cette mission, entamée début 2013, avait « pour objectif de mobiliser l’opinion internationale sur l’urgence de la crise écologique et de faire en sorte que la 21e Conférence de l’ONU sur les changements climatiques soit un moment d’ambition collective. Au lendemain de la COP21, jugeant à ce stade sa mission accomplie, Nicolas Hulot demande au chef de l’Etat d’y mettre fin, avec effet au 30 janvier », explique la FNH dans un communiqué.

Nicolas Hulot reste président de sa Fondation.

Mercredi, il a été reçu par M. Hollande, qui l’a « remercié chaleureusement de la mission » accomplie, saluant son « rôle dans la mobilisation des acteurs dans cette négociation au service de la planète », a indiqué l’Elysée.

« Je remercie le président de la République de la confiance, de l’écoute et de l’autonomie qu’il m’a accordée pendant ces trois années », a pour sa part déclaré Nicolas Hulot via la FNH, remerciant aussi « le réseau diplomatique français pour son appui sans réserve ».

« Loin d’être un aboutissement, la COP21 marque le début d’une nouvelle ère. Le monde regarde et marche enfin dans le même sens. Je poursuis bien entendu mon engagement à travers ma fondation pour que les moyens mis en œuvre soient à la hauteur du défi à relever », ajoute-t-il.

Le 12 décembre à Paris, au terme de plusieurs années de difficiles négociations, la communauté internationale s’est accordée pour oeuvrer à limiter le réchauffement climatique « bien en-deçà de 2° » par rapport aux niveaux pré-industriels.

Cet accord, qui doit prendre le relais du protocole de Kyoto à compter de 2020, prévoit un soutien financier des pays du Nord aux programmes climatiques du Sud, ainsi qu’une révision des plans nationaux de réductions des gaz à effet de serre, à ce stade insuffisants pour contenir le réchauffement.

 

© AFP

Media Query: