Reprise de la chasse à la baleine par le Japon: l’Australie « déçue »

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

baleine

Un navire de pêche japonais quitte le port de Shimonoseki au Japon le 1er décembre 2015 pour repdnre la chasse à la baleine dans l’Antarctique
© JIJI PRESS/AFP/Archives JIJI PRESS

Tokyo (AFP) – L’Australie est « très déçue » de la décision du Japon de reprendre la chasse à la baleine dans l’océan Antarctique en dépit d’une condamnation par la justice internationale, a déclaré vendredi à la presse le Premier ministre australien, en visite à Tokyo.

« L’Australie est très déçue que le Japon reprenne la chasse dans l’océan Austral cette année », a dit Malcolm Turnbull à Tokyo, selon la société publique de radio et télévision Australian Broadcasting Company.

Des déclarations similaires figurent aussi dans un entretien accordé avant sa visite au quotidien conservateur à grand tirage japonais Yomiuri Shimbun et publiés vendredi.

M. Turnbull doit s’entretenir dans l’après-midi avec son homologue japonais Shinzo Abe.

La première visite dans l’Archipel de M. Turnbull en tant que Premier ministre couvrira un large éventail de sujets, dont la coopération en matière de défense et le commerce international. La chasse à la baleine, sur laquelle les deux pays divergent, sera aussi à l’ordre du jour.

« Nous reconnaissons que nos opinions sont différentes à ce propos, mais nous allons être francs et honnêtes, comme de bons amis devraient l’être, mettre le sujet sur la table et chercher à trouver une solution », a dit M. Turnbull au Yomiuri.

Des baleiniers japonais ont pris la mer au début du mois à destination de l’Antarctique, après un an de suspension de ces expéditions qualifiées de « crime contre la nature » par les défenseurs de l’environnement.

L’archipel avait été contraint de renoncer à la saison 2014-2015 de prises de cétacés dans la zone australe après une décision en mars 2014 de la Cour internationale de justice (CIJ) qui, saisie par l’Australie, a jugé que le Japon détournait à des fins commerciales une activité présentée comme étant destinée à la recherche animale. Les baleiniers avaient certes pris la mer, mais sans harpons.

La consommation de baleine a une longue histoire au Japon, pays de pêcheurs où le cétacé a été chassé pendant des siècles mais où l’industrie baleinière n’a connu son essor qu’après la Seconde guerre mondiale, pour nourrir un pays affamé.

Cependant, la dégustation de cette chair blanche ou rouge aux allures de filet de boeuf a fortement diminué au fur et à mesure que le Japon devenait une des économies les plus riches du monde.

 

© AFP

Media Query: