Greenpeace lève le blocage de la centrale d’achat toulousaine de Leclerc

Publié le : Last updated:

leclerc

Un blocage de Greenpeace devant la Socamil, la centrale d’achat régionale de Leclerc, dans la banlieue de Toulouse, le 15 octobre 2015
© AFP Pascal Pavani

Toulouse (AFP) – Greenpeace a annoncé avoir levé mardi soir le blocage de la Socamil, la centrale d’achat régionale de Leclerc, dans la banlieue de Toulouse, commencé à 5h30 pour protester contre les pesticides contenus dans l’alimentaire que l’enseigne de grande distribution vend à bas prix.

Cette décision a été prise après un accord entre l’ONG et la Socamil qui s’est engagée « à réduire fortement l’usage des pesticides dans l’agriculture ».

Dans un communiqué, le Leclerc a indiqué que « la Socamil allait créer une Commission, composée de plusieurs adhérents, de sa responsable qualité et de producteurs locaux » qui « rencontrera dans les prochains jours une commission de travail de l’ONG afin d’élaborer ensemble un plan d’action » pour cette réduction.

Ce système est déjà pratiquée par la centrale d’achat Scarmor en Bretagne, où « les 42 magasins de l’enseigne ne commercialisent plus de pesticides issus de la chimie de synthèse depuis le début de l’expérience », a rappelé Leclerc.

« Cet engagement public va dans la bonne direction », a déclaré Anaïs Fourest, responsable de l’agriculture chez Greenpeace, soulignant que son ONG allait veiller « avec une très grande attention » à ce que « les travaux de cette commission se traduisent en des avancées concrètes qui permettront dès l’année prochaine aux agriculteurs de produire avec moins de pesticides ».

« La campagne de Greenpeace visant l’enseigne nationale Leclerc et l’ensemble des enseignes de la grande distribution continuera tant que des engagements concrets n’auront pas été pris afin de réduire l’usage des pesticides dans l’agriculture », a ajouté cette responsable.

Mardi en fin d’après-midi, Leclerc avait assigné Greenpeace en référé suite aux blocage toute la journée de sa centrale d’achat. L’audience devait avoir lieu mercredi matin.

Les militants n’avaient pas empêché les employés de rentrer dans le périmètre du bâtiment avec leur voiture, mais avaient bloqué l’accès des camions, a constaté l’AFP.

Sur la façade d’accès, une immense banderole bleu-marine de 19 mètres de long avait également été déployée affichant avec le logo de l’enseigne: « Pesticides pour tous ».

Deux autres plus petites de couleur jaune l’encadraient: « Terre contaminée, agriculture en danger » et « Chez Leclerc, les pesticides c’est offert ».

Tout autour, de la terre a été déversée et une pancarte noir et blanc annonçait « Leclerc obscur », du nom de la campagne lancée contre l’enseigne.

Samedi, des militants de Greenpeace avaient mené une première action contre l’enseigne en région toulousaine. Ils avaient déployé sur la façade d’un hypermarché Leclerc une banderole de 200 m2 sur laquelle était inscrit : « Pesticides pour tous ».

© AFP

 

Media Query: