La population mondiale proche de 10 milliards en 2050

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

 

People crowd a beach in Qingdao, 28 July 2007, in eastern China's Shandong province, where the yachting events for Beijing's 2008 Olympics will be held. Global warming is under a fierce spotlight in China, 30 July 2007, as forecasters said Shanghai was set for its hottest summer on record, while flood and drought wreaked havoc in other parts of the country, with scientists blaming global warming for the unusual weather. CHINA OUT GETTY OUT AFP PHOTO

People crowd a beach in Qingdao, 28 July 2007, in eastern China’s Shandong province, where the yachting events for Beijing’s 2008 Olympics will be held. Global warming is under a fierce spotlight in China, 30 July 2007, as forecasters said Shanghai was set for its hottest summer on record, while flood and drought wreaked havoc in other parts of the country, with scientists blaming global warming for the unusual weather. CHINA OUT GETTY OUT AFP PHOTO

La population mondiale avoisinera les 10 milliards d’habitants en 2050, contre 7,3 milliards en 2015, selon une analyse bisannuelle de l’Institut français d’études démographiques (Ined) publiée mercredi.

Le nombre d’habitants a été multiplié par sept au cours des deux derniers siècles et devrait continuer de croître « jusqu’à atteindre peut-être 11 milliards à la fin du XXIe siècle », selon les projections de l’Ined qui réalise ses études parallèlement à celles des Nations unies, de la Banque mondiale ou d’autres grands instituts nationaux.

Néanmoins, la croissance démographique décélère. Après un pic de plus de 2% par an il y a cinquante ans, elle a diminué de moitié depuis (1,2 % en 2015) et devrait continuer de baisser jusqu’à la quasi-stabilisation de la population mondiale dans un siècle.

Cette décélération tient à la diminution de la fécondité: 2,5 enfants en moyenne par femme aujourd’hui dans le monde, contre le double (5 enfants) en 1950. Mais cela recouvre de grandes disparités selon les régions et les pays.

La fécondité la plus basse se retrouve au Portugal et en Corée du Sud (1,2 enfant par femme), la plus élevée au Niger (7,6 enfants).

Parmi les régions où elle reste supérieure à trois enfants, se trouvent presque toute l’Afrique, quelques pays du Moyen-Orient, et les régions allant de l’Afghanistan au Nord de l’Inde, en passant par le Pakistan. C’est là que résidera l’essentiel de la croissance démographique mondiale dans les prochaines décennies, relève l’Ined.

Il y aura également un « formidable accroissement » de la population de l’Afrique qui pourrait presque quadrupler d’ici la fin du siècle, passant de 1,2 milliard d’habitants en 2015 à 4,4 milliards en 2100, malgré le sida, souligne l’Institut.

Une personne sur six vit aujourd’hui en Afrique. Ce sera probablement plus d’une sur trois dans un siècle. Au sud du Sahara, la population pourrait passer d’un peu plus de 950 millions d’habitants en 2015 à près de 4 milliards en 2100.

La Chine est aujourd’hui le pays le plus peuplé du monde avec 1,4 milliard d’habitants, mais l’Inde (1,3 milliard) « devrait passer en tête, probablement avant 2030, en raison d’une fécondité plus élevée (2,3 enfants par femme en moyenne, contre 1,7) ».

Le « G7 » des pays les plus peuplés (Chine, Inde, Etats-Unis, Indonésie, Brésil, Pakistan, Nigeria) totalise 3,85 milliards d’habitants, soit plus de la moitié de la population mondiale.

© AFP

Media Query: