Le Comité russe contre la torture obligé de cesser ses activités

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

comité russe contre la torture

Igor Kaliapine, président du Comité russe contre la torture tient une conférence de presse, le 28 juillet 2015 à Moscou
© AFP YURI KADOBNOV

Moscou (AFP) – Le Comité russe contre la torture, l’une des dernières organisations de défense des droits de l’Homme actives en Tchétchénie, a annoncé mettre fin à ses activités après avoir été qualifié d' »agent de l’étranger » par les autorités, promettant néanmoins de renaître sous un autre nom.

« A partir de la semaine prochaine, le Comité cessera de fonctionner », a annoncé son président Igor Kaliapine lors d’une conférence de presse mardi. « Nous y sommes forcés pour une seule raison: la loi qui nous demande de nous enregistrer comme agent de l’étranger ».

Cette loi, votée en 2012, oblige les organisations bénéficiant d’un financement de l’étranger et ayant une « activité politique » à s’enregistrer comme « agent de l’étranger », une dénomination qui rappelle celle appliquée aux « ennemis du peuple » et dissidents à l’époque de l’URSS.

Au total, 81 organisations non-gouvernementales présentes en Russie ont été ainsi classées depuis l’entrée en vigueur de la loi. Ce statut, qui ne les empêchent pas de poursuivre leurs activités mais qui les oblige à s’afficher en tant que tel dans toute communication publique, est refusé par de nombreuses ONG, comme le Comité contre la torture.

« Il va de soi que (ce statut) est inacceptable, car il est tout simplement faux », a martelé M. Kaliapine.

Afin de ne pas être soumis à ce statut, les militants du Comité russe contre la torture vont fonder un nouveau groupe, le « Comité pour éviter la torture ».

Cette nouvelle organisation refusera toute aide financière étrangère et n’acceptera que les financements russes, pour ne pas prendre le risque d’être à nouveau étiqueté « agent de l’étranger », a expliqué M. Kaliapine.

Près de la moitié des fonds du Comité russe contre la torture provenaient de donations de fonds internationaux.

Début juin, les locaux du comité à Grozny, la capitale tchétchène, avaient été saccagés par des inconnus masqués, après une première attaque en décembre.

La décision de l’ONG de mettre fin à ses activités intervient alors que pour la première fois, une organisation américaine a été déclarée mardi « indésirable » en Russie.

La loi sur les « agents de l’étranger » a été complétée par une autre signée en mai par le président Vladimir Poutine, qui permet de désigner des organisations étrangères actives en Russie comme « indésirables », permettant leur interdiction.

 

© AFP

 

Media Query: