« Sommet des consciences pour le climat »: Hollande veut un accord à Paris en décembre

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

sommet des consciences

Le président François Hollande à l’ouverture du « sommet des consciences » sur le climat à Paris le 21 juillet 2015
© POOL/AFP ETIENNE LAURENT

Paris (AFP) – François Hollande s’est réjoui de la réunion mardi à Paris de plusieurs dizaines d’autorités religieuses, morales et politiques, rassemblées pour « envoyer un seul message: un accord doit être trouvé lors de la conférence sur le climat » en décembre.

« C’est à chaque individu de savoir ce qu’il peut faire pour préserver la planète », a déclaré le chef de l’État en arrivant au Conseil économique, social et environnemental (CESE), où se tient mardi un « sommet des consciences » initié par Nicolas Hulot, envoyé spécial du président pour la protection de la planète.

« The climate, why do I care » (« le climat, pourquoi je m’en soucie »), c’est le mot d’ordre de ce sommet auquel participent notamment l’ex-secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, le Bangladais Muhammad Yunus, pionnier du microcrédit et prix Nobel de la paix 2006, le patriarche orthodoxe Bartholomée. L’acteur et ancien gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger transmettra un message vidéo.

« Il y a des philosophies, des convictions, des diversités dans le monde qui doivent à un moment s’unir, s’unir pour prendre des décisions », a souligné François Hollande.

« Des femmes et des hommes qui viennent de tous les continents (…) sont rassemblés pour envoyer un seul message: un accord doit être trouvé à Paris lors de la conférence sur le climat. Ce n’est pas une affaire de chefs d’État et de gouvernement, c’est l’affaire de tous les habitants de la planète », a estimé le président de la République.

Paris accueillera du 30 novembre au 11 décembre la prochaine grande conférence internationale sur le climat, la COP21, qui réunira 195 pays. La communauté internationale s’est fixé pour objectif de limiter à 2°C la hausse du thermomètre global, générée par les émissions de gaz à effet de serre, faute de quoi la science promet des impacts graves et irréversibles.

« Même aujourd’hui, avec un accord qui pourrait être celui que l’on entrevoit, nous sommes encore au-dessus de 2°C, sans doute 3°C », a regretté François Hollande à la tribune du Palais d’Iéna.

Aboutir à un accord sur le climat, c’est « renoncer à utiliser 80% des ressources d’énergies fossiles facilement accessibles dont nous disposons encore. Nous pouvons le vivre comme une contrainte, c’en est une. Mais c’est aussi une opportunité de bâtir un monde plus sûr et plus équitable », a-t-il fait valoir.

Le sommet des consciences « part du constat que la crise climatique, et plus largement la crise écologique, ne se réduit pas à ses dimensions scientifique, technologique, économique et politique » mais qu » »il s’agit d’une crise de sens », a estimé le chef de l’Etat.

Selon lui, c’est « un choix éthique qui doit être partagé. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de nous mettre au plus haut niveau de réflexion ».

« Pour les citoyens du monde, et j’en suis fier, la France reste un symbole », a souligné le président Hollande, qui veut croire qu’en décembre « l’Histoire peut s’écrire à Paris, cette fois-ci pour l’avenir de la planète ».

© AFP

 

Media Query: