Climat: l’altermondialiste Naomi Klein prend fait et cause pour l’encyclique du pape

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

naomi klein

L’altermondialiste Naomi Klein, lors d’une conférence de presse au Vatican, le 1er juillet 2015
© AFP Vincenzo Pinto

Cité du Vatican (AFP) – L’altermondialiste canadienne Naomi Klein a souhaité mercredi la diffusion la plus large possible de l’encyclique du pape François sur la protection de la nature, prenant fait et cause pour elle et saluant les « alliances improbables » qui se nouent face aux climatosceptiques.

« Des alliances improbables et surprenantes se nouent, par exemple entre moi et le Vatican » à six mois de la COP 21, la conférence internationale sur le climat prévue à Paris, a relevé l’écrivain, auteure du best-seller « No Logo ».

Dans son encyclique « Laudato si' », publiée le mois dernier, François appelle à une révolution des comportements, à l’arrêt du consumérisme, au développement des énergies renouvelables et s’en prend à la finance et à la technologie toutes puissantes.

Mme Klein était invitée au Vatican à s’exprimer lors d’une conférence de presse avant un colloque sur le climat organisé jeudi et vendredi par le réseau international des ONG catholiques pour le développement (CIDSE), intitulé: « les personnes et la planète au premier plan: l’impératif de changer de route ».

« Syndicats, communautés autochtones, groupes confessionnels et verts travaillent de manière plus étroite que jamais », même si « à l’intérieur de ces coalitions, nous ne sommes pas d’accord sur tout, loin de là », a observé l’activiste et écrivain.

« Lisez l’encyclique telle qu’elle est, non pas les résumés mais l’ensemble. Lisez-là et laissez-la pénétrer dans votre cœur! », a exhorté cette icône des altermondialistes.

« Elle s’adresse à moi aussi, en tant que féministe juive d’un milieu sécularisé, même si j’ai été plutôt surpris d’être invité par le Vatican », a-t-elle ajouté.

L’encyclique « cause de réels ennuis aux politiciens américains qui se servent de la Bible comme bouclier dans leur opposition à une action sur le réchauffement climatique », a-t-elle remarqué, se félicitant que François se rende en septembre à la Maison Blanche, au Congrès et aux Nations Unies.

« Ce voyage ne pouvait pas mieux tomber », a-t-elle relevé.

Lors de la conférence de décembre à Paris, le monde des ONG « aura une tolérance zéro pour un nouvel échec habillé en succès pour les caméras. Si l’accord échoue à obtenir des réductions immédiates des émissions, tout en accordant un soutien substantiel aux pays pauvres, ce sera un échec », a-t-elle averti.

Le Vatican a appelé à « une forte mobilisation internationale » en décembre, estimant que des dizaines de milliers de personnes, catholiques ou non, « se rendront en pèlerinage à Paris » pour faire pression afin d’obtenir un accord « juste, ambitieux et contraignant légalement » sur le climat.

© AFP

 

Media Query: