Un Irlandais devant la justice pour trafic de cornes de rhinocéros

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

corne de rhinocéros

Une femelle rhinocéros dans le parc de conservation ol-Pejeta le 14 juin 2015 à Nairobi
© AFP/Archives Tony Karumba

Caen (AFP) – Un Irlandais de 26 ans soupçonné d’avoir participé aux Etats-Unis à un trafic de cornes d’une espèce de rhinocéros en voie disparition, a comparu mardi devant la cour d’appel de Caen, Washington demandant son extradition.

La chambre de l’instruction, qui examinait cette demande, rendra son avis le 8 juillet.

Les Etats-Unis voudraient juger ce négociant en antiquités qu’ils ont mis en examen pour avoir vendu avec deux autres personnes, dont son frère, en novembre 2010, à New York, quatre cornes de rhinocéros à un Chinois pour 50.000 dollars, selon la présidente de la chambre Laurence Turbe-Bion.

Selon l’acte d’accusation américain, John Slattery, qui a depuis changé de nom sur son passeport pour prendre celui de sa mère, Flynn, a, avec ses deux complices, acquis pour 18.000 dollars deux cornes de rhinocéros aux enchères au Texas en septembre 2010. Ils ont pour cela donné 500 euros à un intermédiaire car seul un Texan pouvait acquérir cette tête d’une espèce protégée.

Les trois hommes se sont ensuite rendu à New York chez une collectionneuse de cornes sculptées qui leur a présenté un ami chinois. Ils lui ont proposé alors quatre cornes pour 65.000 dollars et lui ont finalement cédé en novembre pour 50.000, selon l’acte d’accusation américain.

John Slattery a été arrêté le 6 avril à Cherbourg alors qu’il descendait d’un ferry venant d’Irlande. Selon lui, il partait en pèlerinage à Lourdes. Devant la cour où il comparaissait libre mais sous contrôle judiciaire, il a nié les faits. « Je n’ai rien fait. C’est mon frère qui a tout manigancé. Je ne suis pas suffisamment stable financièrement et psychologiquement pour faire face » à tout cela, a-t-il dit.

La présidente de la chambre a souligné qu’il ne lui revenait pas de juger les faits.

Le frère de M. Flynn a été condamné dans cette affaire, en 2014, à 14 mois de prison ferme aux Etats-Unis.

A Caen, l’avocat général Pascal Chaux a demandé à la cour de rendre un avis favorable à l’extradition. La demande américaine doit aussi être soumise au Garde des Sceaux avant éventuellement de faire l’objet d’un décret du Premier ministre.

L’avocat de la défense, Philippe Pejoine, a plaidé l’irrecevabilité de la demande d’extradition.

« Le trafic illégal de cornes de rhinocéros a pris depuis cinq ans des proportions alarmantes. Parvenues sur un marché asiatique, les quatre cornes auraient atteint une valeur de 205.000 euros », a affirmé dans un communiqué l’association Robin des bois dont le président était présent à l’audience.

© AFP

 

Media Query: