Strasbourg va cartographier les ondes des antennes-relais

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

strasbourg

L’Eurométropole, qui a signé en 2012 une charte avec les opérateurs de téléphonie mobile, souhaite devenir la première ville de France à maîtriser son environnement électromagnétique.
© AFP/Archives Raymond Roig

Strasbourg (AFP) – La ville de Strasbourg a mis en place un logiciel qui cartographie l’exposition aux ondes électromagnétiques émises par les antennes-relais de téléphonie mobile, pour anticiper et limiter l’impact de nouvelles implantations d’antennes, a-t-on appris vendredi.

Ce simulateur, qui s’appuie sur les données des quelque 1.700 antennes-relais de l’Eurométropole, fournit une image des niveaux d’exposition, quartier par quartier, aux ondes en volts/mètre sur la base des valeurs déclarées par les opérateurs, a indiqué à l’AFP Paul Meyer, adjoint du maire socialiste Roland Ries en charge du numérique et des nouvelles économies.

Présentés à la presse, des documents montrent une vue d’ensemble de ces zones: à l’écran, elles se colorent selon le degré d’exposition en vert et bleu pour les moins exposées, en orange et rouge pour les plus zones les plus touchées.

Cet outil de veille doit permettre à la municipalité d’identifier les points dits « atypiques » où le seuil d’exposition maximal convenu avec les associations est supérieur à 7 volts/m, selon l’élu.

Une fois ces points identifiés, la ville entend diligenter des mesures qui seront réalisées par un organisme indépendant.

A Strasbourg, une vingtaine de points sensibles ont été identifiés ces derniers mois et vont faire l’objet de relevés, mais « dès qu’on aura un point atypique, on fera désormais des mesures », a assuré M. Meyer.

Avec ce nouvel outil, l’Eurométropole, qui a signé en 2012 une charte avec les opérateurs de téléphonie mobile, souhaite devenir la première ville de France à maîtriser son environnement électromagnétique.

Ailleurs en Europe, seule Bruxelles serait actuellement doté d’un outil similaire, selon l’élu.

Dans une démarche de transparence, Strasbourg, qui mettait déjà à disposition de ses habitants un « service personnalisé de consultation de l’exposition aux ondes électromagnétiques », entend désormais simplifier la procédure de demande d’information.

« Tous les citoyens peuvent par un mail à leur élu ou avec une saisine de leur mairie de quartier demander quel est l’état de leur exposition aux ondes électromagnétiques », a expliqué M. Meyer.

Depuis 2012, à Strasbourg tout projet d’implantation d’antenne est soumis à une commission spéciale de la ville. Les projets peuvent être amendés ou écartés en fonction de la présence de structures collectives dans la zone d’implantation envisagée, notamment les crèches, écoles et maisons de retraite.

« Ca ne sert à rien d’avoir une paranoïa sur les ondes. Il est simplement important de rester vigilant », a commenté l’élu qui souhaite « un débat apaisé » sur cette question qui a longtemps déchiré le conseil municipal strasbourgeois.

© AFP

 

Media Query: