Colombie : 740.000 litres de pétrole déversés dans la nature sur ordre des Farc

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

FARC

Un soldat colombien inspecte un camion de pétrole, le 22 octobre 2003
© AFP/Archives Luis Acosta

Bogota (AFP) – Quelques 740.000 litres de pétrole brut ont été déversés dans la nature lundi dans le sud-ouest de la Colombie par les chauffeurs de 19 camions citernes, sous la menace, selon les autorités, d’un groupe de rebelles des Farc.

D’après la version officielle, des membres des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), avec qui le gouvernement mène à Cuba des pourparlers de paix, ont intercepté lundi matin le convoi de camions citernes dans la zone pétrolière de Puerto Asis, dans la province de Putumayo.

Les chauffeurs « ont été abordés apparemment par un groupe des Farc et obligés de déverser tout le brut qu’ils transportaient », a affirmé sur la radio RCN le gouverneur de la province Jimmy Diaz, ajoutant que le pétrole pourrait polluer les ressources en eau dans la zone.

Les véhicules contenaient quelques 200.000 gallons de brut (environ 740.000 litres), a indiqué à l’AFP une source militaire sous couvert d’anonymat.

« Obliger les chauffeurs à vider le pétrole qu’ils transportaient à #Putumayo, c’est polluer les ressources naturelles et la communauté », a écrit sur Twitter le ministère de la Défense.

Cette attaque s’ajoute à celles menées la semaine dernière contre des pylônes électriques sur la côte Pacifique, qui ont notamment privé de courant le port de Buenaventura.

Le week-end dernier, une autre explosion a affecté la distribution en eau potable de la localité de Algeciras, également dans le sud-ouest du pays.

« Depuis Putumayo, nous contestons ces actes et lançons un appel pour que ces sujets soient évoqués aux pourparlers (de paix) de La Havane », a ajouté M. Diaz.

Les Farc, plus ancienne guérilla d’Amérique latine, et le gouvernement colombien négocient depuis novembre 2012 à Cuba la fin d’un conflit qui a fait plus de 200.000 morts et 5,5 millions de déplacés en un demi-siècle.

 

© AFP

Media Query: