Inde: les tigres protégés dans trois nouvelles réserves

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

tigres

Un tigre du Bengale dans le parc national du Kaziranga en Inde, le 21 décembre 2014
© AFP Str

New Delhi (AFP) – Les autorités indiennes ont décidé de créer trois nouvelles réserves pour les tigres dans le centre et l’est du pays, encouragées par un récent rapport faisant état d’un accroissement du nombre de ces fauves dans le pays, a annoncé mercredi un responsable.

Le ministre de l’Environnement Prakash Javadekar a annoncé mardi devant le parlement que la création de trois réserves supplémentaires avait été approuvée, portant à 50 le nombre total de réserves dans le pays, qui abrite plus de la moitié de la population mondiale de tigres.

Les réserves seront créées dans des parcs nationaux déjà existants dans les Etats de Madhya Pradesh, Chhattisgarh et Orissa. Les villageois ne seront plus autorisés à vivre ou travailler sur les territoires des réserves, autour desquelles seront établies des zones tampon.

« Il a été prouvé que les réserves ont joué un rôle important dans la préservation des tigres », a déclaré à l’AFP H.S Negi, inspecteur général de l’organisme gouvernemental chargé de la protection des tigres, une espèce considérée comme menacée.

Selon un rapport officiel rendu public en janvier, 2.226 tigres ont été recensés dans le pays, soit une augmentation de 30% depuis 2010.

Au début du 20e siècle, l’Inde abritait quelque 100.000 tigres, mais la chasse intensive en a réduit le nombre à 1.411 en 2006.

Les autorités des pays asiatiques doivent mener une lutte décisive contre les braconniers, qui réalisent de gros profits en vendant des organes de tigres destinés au marché de la médecine traditionnelle chinoise.

Le rétrécissement de l’habitat naturel de cette espèce sauvage, du aux activités humaines, a également contribué à la diminution du nombre de tigres.

Les réserves de tigres se répartissent en Inde dans 18 Etats sur une superficie totale de 39.000 km2. Les villageois sont autorisés à vivre dans des zones périphériques d’une superficie équivalente.

 

© AFP

Media Query: