Une association pour aider les chefs à préserver le climat

Publié le : Last updated:

Olivier Roellinger

Le chef Olivier Roellinger pose au Château Richeux, à Cancale, le 25 février 2010
© AFP/Archives Marcel Mochet

Paris (AFP) – Soutenue par plusieurs chefs comme Olivier Roellinger, une association vient de se créer pour encourager les restaurateurs à contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

Alors que se profile en décembre la conférence de l’Onu sur le climat, avec 50.000 participants à nourrir et héberger, « il faut aussi montrer un engagement dans l’assiette », explique Marguerite Brechat, déléguée générale de l’association « Bon pour le climat ».

« L’idée est d’amorcer une prise de conscience », explique le président de l’association, François Pasteau, chef de l’Epi Dupin à Paris, engagé depuis 10 ans dans la protection de l’environnement. « Et surtout que ça perdure au-delà de la Cop21 ».

L’association propose d’accompagner les chefs dans l’évolution de leurs pratiques: partage de savoir-faire, échange de recettes, bilan carbone des plats, outils de communication interne et à l’extérieur…

Les adhérents (100 euros annuels) s’engagent de leur côté à proposer au moins une entrée, un plat et un dessert « bons pour le climat », c’est-à-dire réalisés avec des produits de saison, locaux, et mettant en avant le végétal plutôt que les protéines animales — des plats qu’ils pourront frapper d’un petit logo spécial sur la carte. « Respecter ces trois critères permet de diviser par deux les émissions de gaz à effet de serre », souligne l’association.

M. Pasteau souligne le rôle pédagogique des restaurateurs. Ils sont un maillon important entre producteurs, distributeurs, salariés et consommateurs: « une modification réussie dans leur offre ferait avancer un grand nombre d’acteurs », pointe l’association,.

Celle-ci s’adresse aussi aux consommateurs, appelés à encourager les restaurateurs.

« Bon pour le climat », qui démarre avec quatre restaurants adhérents (l’Epi Dupin, le Chalet des îles à Paris, Les Orangeries dans la Vienne, Le Pied-de-nez au Castellet), bénéficie notamment du partenariat de Relais et Châteaux, via son vice-président Olivier Roellinger.

© AFP

Media Query: