Kering et H&M testent un procédé de recyclage de fibres textiles

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

H&M

Le magasin H&M sur les Champs-Elysées à Paris le 15 février 2015
© AFP/Archives Alain Jocard

Paris (AFP) – Le groupe de luxe et d’habillement sportif Kering, maison mère notamment de Puma, et le géant suédois du prêt-à-porter Hennes et Mauritz (H&M) vont tester un nouveau procédé de fabrication textile à partir de fibres recyclées, mis au point par la start-up Worn Again, ont annoncé mardi les trois entreprises dans un communiqué commun.

La start-up britannique a mis au point « un procédé inédit de recyclage chimique +de textile à textile+ », capable de séparer et d’extraire le polyester et le coton des vêtements et textiles anciens ou usagés.

Une fois séparés, le polyester et la cellulose du coton peuvent servir pour fabriquer de nouveaux tissus, « créant ainsi un +modèle circulaire+ pour les textiles », soulignent-elles.

Ce procédé entre « dans sa dernière phase de développement » et sera testé dans les chaînes d’approvisionnement de Puma et H&M dès cette année, soulignent les enseignes.

Il s’agit d' »une solution capable de se substituer au polyester dérivé du pétrole » pour fournir une nouvelle source de matières premières « à faible impact environnemental pour les fibres et les tissus composés de cellulose », selon ces promoteurs.

Elle permet surtout de contourner l’une des principales barrières du recyclage, à savoir la nécessité de décomposer les vêtements en fibres mélangées, et de séparer du polyester et de la cellulose les colorants et autres agents contaminants.

En 2014, environ 65 millions de tonnes de filaments de polyester et de fibres de coton ont été produites à l’échelle mondiale. On estime qu’en 2020, la demande internationale pour ces fibres sera de 90 millions de tonnes, selon le communiqué.

 

© AFP

Media Query: