Center Parcs de Roybon: festival des zadistes, contre-manifestation des partisans

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

roybon

Un campement dressé par les opposants au projet du Center Parcs de Roybon (Isère), le 23 décembre 2014
© AFP Jean-Pierre Clatot

Grenoble (AFP) – Les militants « zadistes » appellent à manifester et à construire des barricades ce week-end sur le site du chantier du Center Parcs de Roybon (Isère), à l’occasion d’un « festival » que les partisans du projet ont promis de bloquer.

Les opposants, installés depuis début décembre dans un maison forestière à proximité du chantier, appellent dans un communiqué à une marche en direction du chantier, samedi à 10H00, « pour renforcer notre présence sur la ZAD (zone à défendre, ndlr) en construisant de nouvelles cabanes et de nouvelles barricades ».

« Apportez du matériel pour construire: planches, palettes, marteaux, clous, scies, bâches, vis, etc. N’oubliez pas bottes et moufles, sandwichs et boissons », écrivent les zadistes. Cette manifestation s’inscrit selon eux « dans le festival Open Barricades, trois jours de constructions et de concerts sur la ZAD les 7, 8 et 9 février ».

Qualifiant ce festival de « provocation », les partisans du Center Parcs ont eux aussi appelé à manifester samedi et dimanche à Roybon. « On va être plusieurs centaines à bloquer toutes les routes qui amènent au site pour les embêter un petit peu », a expliqué à l’AFP Christian Luciani, président de l’association « Vivre en Chambaran ».

« Les riverains pourront passer mais les zadistes ne passeront pas », a-t-il ajouté.

L’association a déposé une déclaration en préfecture mais M. Luciani assure que même si la manifestation est interdite, « on le fera quand même ». La préfecture de l’Isère n’était pas joignable vendredi matin.

Du côté de la gendarmerie, « toutes les dispositions ont été prises pour que les choses se passent avec le moindre impact possible sur la tranquillité publique », a assuré à l’AFP le colonel Jean-Luc Villeminey, commandant du groupement de gendarmerie de l’Isère.

« On est particulièrement vigilants », a-t-il ajouté, sans plus de précisions sur les forces de gendarmerie mobilisées pour l’occasion.

Mardi, lors des questions au gouvernement, le député UMP Jean-Pierre Barbier avait demandé l’interdiction de ce « festival organisé par les anarchistes » et l’évacuation du site « afin de faire respecter enfin le droit à Roybon ».

« Dès lors que le projet sera redéfini, décidé, à ce moment-là, l’évacuation aura lieu pour que le bon ordre républicain reprenne ses droits », lui avait répondu la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal.

Fin décembre, le président de Pierre & Vacances s’était dit « prêt à adapter » le projet de Roybon. La justice a suspendu l’un des arrêtés qui autorise le projet, une décision contre laquelle Pierre & Vacances s’est pourvu en cassation.

 

© AFP

Media Query: