Amiante: non-lieu pour l’ancien patron de l’usine Amisol

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

amisol

Photo prise à Clermont-Ferrand le 14 août 1976 à l’intérieur de la manufacture Amisol, productrice d’amiante et de matériaux isolants
© AFP/Archives A. Guilbaud

Paris (AFP) – La cour d’appel de Paris a prononcé jeudi un non-lieu au bénéfice de Claude Chopin, ancien patron de l’usine d’amiante Amisol qui avait fermé en 1974, dans un des dossiers emblématiques de ce drame sanitaire, ont annoncé à l’AFP les avocats des parties.

Les investigations avaient été lancées en 1997 -année de l’interdiction de l’amiante- après une plainte de salariés de cette usine de Clermont-Ferrand qui ont développé des maladies liées à leur exposition à cette substance cancérigène. Selon les autorités sanitaires, l’amiante pourrait provoquer jusqu’à 100.000 décès d’ici à 2025.

Conseil de salariés, Me Jean-Paul Teissonnière a fait part de sa volonté de se pourvoir en cassation contre cette décision.

Selon l’avocat de l’association des victimes de l’amiante (Andeva), une trentaine de salariés de cette usine sont morts. L’arrêt de non-lieu « confirme qu’en matière d’amiante, il est difficile d’obtenir la responsabilité de quiconque », a commenté Me Michel Ledoux.

« Le combat risque de cesser faute de combattants », a-t-il ajouté, « inquiet pour les autres dossiers ».

L’avocat de Claude Chopin, Me Vincent Courcelle-Labrousse, s’est félicité de la décision de la cour d’appel qui a, selon lui, estimé qu' »aucune des infractions pour lesquelles il était mis en examen ne pouvait lui être imputée ».

A ses yeux, un pourvoi « serait la démonstration d’un acharnement contre une évidence » constatée à deux reprises.

Claude Chopin avait été mis en examen pour homicides et blessures involontaires en tant qu’ancien patron de ce que l’Andeva a décrit comme une « usine cercueil ». Alors âgé de 26 ans, il en avait pris la tête pendant six mois en 1974 après la démission de son père depuis décédé.

En février 2013, la cour d’appel de Paris avait une première fois accordé un non-lieu à Claude Chopin. Mais la Cour de cassation avait annulé cet arrêt qui est donc revenu devant la chambre de l’instruction.

© AFP

 

Media Query: