Plan de réduction des pesticides: les distributeurs furieux

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

pesticides

Un fermier répand des pesticides sur un champ de pommes de terre, dans le nord de la France, en 2012
© AFP/Archives Philippe Huguen

Paris (AFP) – Les distributeurs de produits phytosanitaires se sont insurgés lundi contre la mise en place de pénalités financières à leur encontre si l’usage de pesticides ne baisse pas en France.

Vendredi, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a présenté un plan Ecophyto II, qui ambitionne de repousser de 2018 à 2025 l’objectif de réduction de 50% de l’utilisation des pesticides en France.

Pour y parvenir, il compte notamment imposer des pénalités financières aux distributeurs qui ne parviendront pas à baisser de 20% le nombre de doses vendues sur cinq ans.

Coop de France et la Fédération du négoce agricole « n’acceptent pas » que les distributeurs soient les « seuls à supporter la responsabilité financière de l’atteinte d’un objectif disproportionné (de réduction des pesticides, ndlr) dont ils sont loin de détenir toutes les clés », ont indiqué les deux organisations dans un communiqué publié lundi.

« Les distributeurs ont un rôle à jouer en matière de conseil, mais ne peuvent être tenus pour responsables des décisions des agriculteurs », ont-ils ajouté.

Et ils craignent qu' »un nombre croissant d’agriculteurs achètent leurs produits phytosanitaires hors de nos frontières, où les contraintes et la fiscalité sont plus basses ».

A l’issue du Grenelle de l’environnement en 2008, la précédente majorité avait lancé son plan Ecophyto dont l’ambition était de réduire « si possible » de 50% l’usage des pesticides d’ici à 2018.

Mais le succès était loin d’être atteint puisque l’utilisation de produits chimiques en agriculture a progressé de 5% par an en moyenne entre 2009 et 2013.

Stéphane Le Foll va donc tenter une nouvelle méthode, qui encouragera les agriculteurs à adopter des modèles de production plus économes. Un plan toutefois jugé insuffisant par les défenseurs de l’environnement.

© AFP

 

Media Query: