Ecomouv’: la SNCF va jouer son rôle et embaucher des salariés, dit Pepy

Publié le : Last updated:

Des ouvriers démontent un portique écotaxe endommagé, entre Nantes et Saint-Nazaire, le 23 juin 2014 © AFP/Archives Thomas Bregardis

Des ouvriers démontent un portique écotaxe endommagé, entre Nantes et Saint-Nazaire, le 23 juin 2014
© AFP/Archives Thomas Bregardis

Paris (AFP) – La SNCF « fera sa part » pour participer au « sauvetage » d’une partie des 200 salariés licenciés d’Ecomouv’, société qui était chargée de la mise en œuvre et de collecter la taxe sur les poids lourds, a assuré dimanche son président Guillaume Pepy.

« On va faire notre devoir d’actionnaire, c’est-à-dire qu’on va participer au +sauvetage+ de ces emplois » et des « efforts » seront fournis à destination de ces salariés là « qui se sont formés pendant deux ans, qui parlent plein de langues, qui connaissent très bien la réglementation »,  a déclaré sur lors du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro le patron de la SNCF, actionnaire à hauteur de 10% d’Ecomouv’.

Les quelque 200 salariés d’Ecomouv’ vont perdre leur emploi et la société va disparaître, a annoncé mardi sa direction, conséquence de l’abandon par le gouvernement du dispositif d’écotaxe que l’entreprise était chargée d’appliquer.

La plupart des salariés – 157 sur 200 – sont basés à Metz, au centre opérationnel d’Ecomouv’.

La filiale de logistique Geodis pourrait absorber quelques emplois, puisque « la connaissance des langues, des règles douanières, des flux européens c’est un plus pour ces salariés » qu’ils pourraient faire valoir dans cette société à la dimension « mondiale », a poursuivi M. Pepy.

« Donc on fera notre part », a-t-il ajouté, sans préciser le nombre d’embauches envisagées.

« Le sujet n’a même pas encore commencé, donc on va discuter », a-t-il conclu.

Ecomouv’ est une filiale à 70% de l’italien Atlantia (ex-Autostrade), où sont également présents les français Thales (11%), SNCF (10%), SFR (6%) et Steria (3%).

© AFP

 

Media Query: