Accord de Lima: l’UE y voit « un pas en avant » vers un accord global en 2015

Publié le : Last updated:

accord de lima

Le commissaire européen à l’Energie et au Changement climatique, Miguel Arias Canete, le 10 décembre 2014 à Lima
© AFP/Archives Str

Bruxelles (AFP) – L’Union européenne a salué dimanche l’accord auquel est parvenue la conférence de l’ONU sur le climat à Lima, estimant qu’il constituait « un pas en avant » vers un accord global dans la lutte contre le réchauffement climatique au sommet prévu fin 2015 à Paris.

Les 196 pays représentés à la conférence de Lima sont parvenus dimanche matin à un accord à l’arraché fixant le format de leurs futurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La Commission européenne a souligné dans un communiqué que cet accord obligeait tous les pays à identifier dans les prochains mois « de manière claire, transparente et compréhensible » leurs engagements pour réduire ces émissions.

L’UE « salue ce résultat (…) comme un pas en avant vers un accord global sur le climat à Paris l’année prochaine », selon ce communiqué. « Cela nous permettra de quantifier nos propres contributions », ajoute le texte.

Miguel Arias Canete, commissaire européen chargé de l’énergie et du climat, a rappelé que l’objectif de la conférence de Lima était de « poser les bases pour la négociation » qui doit avoir lieu au cours du sommet international sur la lutte contre le réchauffement climatique prévu en décembre 2015 dans la capitale française.

« Bien que l’UE ait espéré un résultat plus ambitieux à Lima, nous pensons que nous sommes sur la voie d’un accord global à Paris », a-t-il ajouté, cité par la communiqué.

Le vice-président de la délégation du Parlement européen Jo Leinen a estimé qu' »en dépit de quelques progrès à Lima, il y a encore de nombreux obstacles sur le parcours » menant à un accord à Paris.

L’Union européenne aura la tâche de « jeter un pont entre les pays en développement d’une part et les pays développés d’autre part », a souligné M. Leinen dans un communiqué.

Le document adopté à Lima ne contraint pas les pays riches à apporter une aide financière aux pays en développement pour faire face au réchauffement, comme le réclamaient ces derniers.

En octobre, l’UE s’est fixé ses propres objectifs en matière de lutte contre le réchauffement climatique, incluant une réduction en 2030 d’au moins 40% de ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à leur niveau de 1990.

Les dirigeants européens se sont également mis d’accord sur un objectif de 27% d’énergies renouvelables en 2030, et de 27% de gain d’efficacité énergétique à la même date.

© AFP

 

Media Query: