Un outil internet pour évaluer l’impact polluant de son véhicule

Publié le : Last updated:

Comment connaître l'impact polluant de son véhicule ? Un outil informatique proposé par l'Ademe donne une indication en quelques clics, en attribuant des étoiles selon le volume de pollution émise. © AFP/Archives Philippe Huguen

Comment connaître l’impact polluant de son véhicule ? Un outil informatique proposé par l’Ademe donne une indication en quelques clics, en attribuant des étoiles selon le volume de pollution émise.
© AFP/Archives Philippe Huguen

Paris (AFP) – Comment connaître l’impact polluant de son véhicule ? Un outil informatique proposé par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) donne une indication en quelques clics, en attribuant des étoiles selon le volume de pollution émise.

« Priorit’air » vise à « cibler les véhicules les plus polluants », explique l’Ademe dans un communiqué. « Son objectif est d’aider les particuliers et les professionnels à connaître le niveau de pollution émis par leur véhicule (véhicules particuliers, utilitaires, bus, poids lourds…) pour les inciter à agir sur leurs déplacements et ainsi contribuer à améliorer la qualité de l’air ».

Plusieurs informations –date de la première immatriculation, type de véhicule, carburant utilisé– doivent être données pour connaître le groupe « qualité de l’air » du véhicule tel que défini par un arrêté ministériel de 2012 (de 1 à 5, la catégorie 5 étant la moins polluante).

L’Ademe précise que ces « étoiles » n’ont qu’un caractère indicatif.

« Cet outil pédagogique s’inscrit en accompagnement du projet de loi sur la transition énergétique pour la croissante verte adopté le 14 octobre dernier par l’Assemblée nationale », précise de son côté le ministère de l’Ecologie dans un communiqué.

« En octobre 2013, l’Organisation mondiale de la santé a classé la pollution de l’air extérieur comme cancérigène pour l’homme en pointant tout particulièrement les effluents d’échappement des moteurs automobiles », rappelle-t-il. « Le trafic routier reste l’un des principaux émetteurs de particules et d’oxydes d’azote », ajoute-t-il, précisant qu’à Paris, « le trafic est responsable de 58% des émissions de particules fines PM2.5 et de 66% des émissions d’oxyde d’azote », selon des données d’Airparif de 2010.

© AFP

 

Media Query: