Impact « immédiat » en Chine de l’accord bilatéral sur le climat, selon Washington

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

climat chine

Un homme porte un masque alors que la pollution atmosphérique plonge Shanghai dans le brouillard le 12 novembre 2014
© AFP/Archives

Washington (AFP) – L’accord récent sur le climat entre Washington et Pékin force la Chine à investir immédiatement pour atteindre son objectif de réduction des gaz à effet de serre d’ici 2030, a affirmé lundi une haute responsable de l’administration Obama en réponse aux critiques.

La Chine, premier pollueur mondial, s’est fixé l’objectif d’atteindre un pic de ses émissions de gaz à effet de serre « autour de 2030 ». C’est la première fois que le pays s’engage de façon chiffrée à réduire ses émissions.

Mais les détracteurs de l’accord, notamment des républicains aux Etats-Unis, ont affirmé qu’il n’obligeait Pékin à aucune action pendant 16 ans, tandis que l’administration de Barack Obama continue de renforcer les normes environnementales s’appliquant aux entreprises américaines.

« C’est le signal qu’ils vont devoir changer de façon importante la structure de leur économie, et cela va les obliger à investir massivement dans des technologies zéro-carbone ou à faible (émissions de) carbone », a dit à des journalistes Gina McCarthy, directrice de l’Agence de protection de l’environnement (EPA).

« Ils vont devoir changer immédiatement la façon dont leur économie croît », a-t-elle dit.

« Ils doivent construire tellement d’énergies renouvelables d’ici 2030 que c’est de l’ordre de toute la capacité américaine actuelle », a expliqué Gina McCarthy. « C’est un changement important qui requiert énormément d’actions de façon à transformer une économie aussi grande ».

L’accord bilatéral doit contribuer à un futur accord mondial sur le climat à la conférence de Paris, fin 2015. Mais la forme juridique de cet accord, un traité ou un autre type de texte, n’a pas encore été définie, a indiqué Gina McCarthy.

« A ma connaissance, aucune décision n’a été prise, et aucune ne sera prise d’ici Paris sur la façon dont on concrétise cet accord international, dans quel type de forum, et cela aura un impact sur la façon dont on peut le rendre applicable et juridiquement contraignant », a déclaré la responsable.

L’annonce de Barack Obama la semaine dernière à Pékin, que les Etats-Unis s’engageaient à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 26 à 28% d’ici 2025, par rapport à 2005, a suscité l’hostilité des républicains, qui domineront les deux chambres du Congrès à partir de janvier.

Bien que les plans d’action climatiques de Barack Obama prennent la voie réglementaire, via l’imposition de normes par l’Agence de protection de l’environnement (EPA), les républicains vont tenter d’en contrecarrer certaines en votant des lois.

© AFP

 

Media Query: