Pêche: vingt bateaux-usines de l’UE mis au pilori par Greenpeace

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

bateaux-usines

e thonier-senneur « Franche-Terre » durant une sortie d’essais en mer le 2 juin 2009 au large de Concarneau. Ce navire destiné à la pêche au thon dans l’océan indien peut mettre à l’eau une senne de près de 1.700 mètres de long
© AFP/Archives Marcel Mochet

Bruxelles (AFP) – Greenpeace a lancé mardi une campagne contre 20 bateaux-usines européens, surtout espagnols et néerlandais, mais aussi britanniques, allemands et français, accusés de surexploiter les océans en violation de l’esprit, sinon de la lettre, de la législation de l’UE.

L’enjeu « est de montrer comment un nombre de barons de la pêche industrielle utilisent une vaste palette de ruses pour contourner les régulations » mises en place au niveau européen pour préserver les ressources halieutiques, précise l’ONG dans un rapport intitulé « Les navires-monstres, fléau des océans ».

Parmi les bateaux recensés — européens de par leurs pavillons et/ou leurs propriétaires– cinq battent pavillon espagnol, dont deux appartenant à la société espagnole Albacora, et quatre sont détenus par le groupe familial néerlandais Parlevliet en Van der Plas BV, sous divers pavillons de l’UE.

L’ONG cible aussi le thonier Franche Terre, immatriculé à Mayotte, détenu par l’armateur français Sapmer-SA basé à la Réunion.

Greenpeace accuse Sapmer d’avoir notamment « utilisé des aides publiques destinées à l’aide au développement des territoires d’outre-mer et contourné les règles encadrant les subventions » européennes pour se hisser sur le marché du thon tropical, avec quelque 20 navire.

Les navires figurant sur la liste noire sont, selon Greenpeace, représentatifs d’une flotte industrielle européenne d’une centaine de bateaux, qui menace la préservation des stocks de poissons et est responsable « des plus gros dommages environnementaux et sociaux » causés par la pêche.

Certains ont été impliqués dans des opérations illégales de pêche, comme l’espagnol Albacora Uno, tandis que d’autres jonglent avec pavillons, sociétés écrans ou règles sociales.

Pour Greenpeace, l’UE a le devoir d’inciter au retrait de ces navires, dans le respect des engagements de sa nouvelle politique de pêche commune, « qui spécifie que les gouvernements doivent promouvoir une pêche durable ».

© AFP

Media Query: